Le train, construit par Siemens, le géant de la technologie basé à Munich, aurait une portée de 600 kilomètres. "Une révolution des transports respectueuse du climat est possible", affirme Sabina Jeschke, membre du conseil d'administration de la Deutsche Bahn pour la numérisation et la technologie.

L'entreprise vise à rendre ses chemins de fer climatiquement neutres au cours des 30 prochaines années. Pour ce faire, il faudra notamment remplacer 1.300 trains à moteur diesel. L'hydrogène est perçue comme une option verte pour les voies ferrées qui n'ont pas encore été électrifiées, et qui sont nombreuses en Allemagne. Quelque 13.000 kilomètres d'entre elles n'ont en effet pas de ligne aérienne de contact, ce qui représente 39% du réseau. Pour ces tronçons, la Deutsche Bahn expérimente également des modèles hybrides alimentés par du diesel et une batterie, et des trains ne fonctionnant qu'avec des batteries doivent également être mis en service.

L'opérateur ferroviaire teste aussi de l'"éco-diesel", par exemple en utilisant des graisses usées. La Deutsche Bahn vise à faire passer la proportion d'éco-énergie utilisée dans son réseau de 60% actuellement à 100% d'ici 2038. L'hydrogène utilisé pour alimenter le train Siemens lors de l'essai de 2024 sera produit à partir d'éco-électricité, selon le communiqué. Le train desservira des liaisons régionales entre Tubingue, Horb am Neckar et Pforzheim pendant un an et l'espoir est d'économiser de la sorte 330 tonnes de dioxyde de carbone sur base annuelle.

Le train, construit par Siemens, le géant de la technologie basé à Munich, aurait une portée de 600 kilomètres. "Une révolution des transports respectueuse du climat est possible", affirme Sabina Jeschke, membre du conseil d'administration de la Deutsche Bahn pour la numérisation et la technologie. L'entreprise vise à rendre ses chemins de fer climatiquement neutres au cours des 30 prochaines années. Pour ce faire, il faudra notamment remplacer 1.300 trains à moteur diesel. L'hydrogène est perçue comme une option verte pour les voies ferrées qui n'ont pas encore été électrifiées, et qui sont nombreuses en Allemagne. Quelque 13.000 kilomètres d'entre elles n'ont en effet pas de ligne aérienne de contact, ce qui représente 39% du réseau. Pour ces tronçons, la Deutsche Bahn expérimente également des modèles hybrides alimentés par du diesel et une batterie, et des trains ne fonctionnant qu'avec des batteries doivent également être mis en service. L'opérateur ferroviaire teste aussi de l'"éco-diesel", par exemple en utilisant des graisses usées. La Deutsche Bahn vise à faire passer la proportion d'éco-énergie utilisée dans son réseau de 60% actuellement à 100% d'ici 2038. L'hydrogène utilisé pour alimenter le train Siemens lors de l'essai de 2024 sera produit à partir d'éco-électricité, selon le communiqué. Le train desservira des liaisons régionales entre Tubingue, Horb am Neckar et Pforzheim pendant un an et l'espoir est d'économiser de la sorte 330 tonnes de dioxyde de carbone sur base annuelle.