C'est en 1999 que l'astéroïde Bennu a fait parler de lui pour la première fois. A l'époque, les chercheurs découvrent que cette masse de glace et de roche d'un demi-kilomètre de diamètre, qui croise l'orbite de la Terre tous les six ans, est en train de changer de trajectoire. Au point de pouvoir percuter notre planète dans environ 100 ans. L'impact serait catastrophique, libérant 10.000 fois plus d'énergie que la pluie de météorites qui a embrasé le ciel de Tcheliabinsk, en Russie, en 2013. Les scientifiques cherchent donc à en savoir plus. En novembre 2018, la mission Osiri...

C'est en 1999 que l'astéroïde Bennu a fait parler de lui pour la première fois. A l'époque, les chercheurs découvrent que cette masse de glace et de roche d'un demi-kilomètre de diamètre, qui croise l'orbite de la Terre tous les six ans, est en train de changer de trajectoire. Au point de pouvoir percuter notre planète dans environ 100 ans. L'impact serait catastrophique, libérant 10.000 fois plus d'énergie que la pluie de météorites qui a embrasé le ciel de Tcheliabinsk, en Russie, en 2013. Les scientifiques cherchent donc à en savoir plus. En novembre 2018, la mission Osiris-Rex, lancée deux ans plus tôt, approchera cet astéroïde, qui sera situé à près de 160.000 kilomètres de la Terre. Elle orbitera autour de Bennu et naviguera dans son sillage à plus de 100.000 km/h. Au cours de ce périple, la sonde devra analyser la forme et la trajectoire de Bennu, puis s'en rapprocher pour y prélever un échantillon de sol. Cette mission devrait notamment permettre d'identifier avec plus de précision les changements d'orbite d'astéroïdes susceptibles de menacer la Terre. Les scientifiques savent qu'en 2136, Bennu passera plus près de la Terre que de la Lune. Il pourrait alors revenir percuter notre planète. Pour mieux prédire les risques de collision, les chercheurs doivent étudier ce qu'on appelle " l'effet Yarkovsky ". A mesure qu'il voyage dans l'espace, un astéroïde est soumis à une radiation thermique pouvant provoquer une légère distorsion de son orbite. En observant attentivement la trajectoire de Bennu et l'impact du rayonnement solaire sur sa trajectoire, les scientifiques espèrent trouver les premières réponses à leurs questions. Ce n'est toutefois qu'une des raisons qui rendent la mission Osiris-Rex si passionnante. Bennu renferme aussi les souvenirs des premiers jours de la création du système solaire. Il voyage dans l'espace depuis des milliards d'années. L'analyse de son sol permettra d'en découvrir davantage sur la formation du système solaire et peut-être même sur l'apparition de la vie sur Terre. Les scientifiques savent déjà qu'au cours de ses premiers jours, la Terre a été soumise à une intense pluie de météorites, alors que sa surface refroidissait. Certains indices suggèrent que ces astéroïdes ne contenaient pas seulement l'eau berceau de nos océans, mais aussi des molécules formées dans l'espace, parmi lesquelles des acides aminés et des sucres qui constituent peut-être les éléments de base de la vie. La Terre est-elle similaire à un gigantesque oeuf fertilisé par des matériaux venus de l'espace ? La seule façon de répondre à cette incroyable question est d'étudier la composition d'un de ces astéroïdes. Si la mission Osiris-Rex est un succès, l'échantillon de sol qu'elle rapportera sera tellement précieux qu'il sera mis à l'abri, sous clé, afin d'être étudié dans l'avenir avec des techniques que nous ne pouvons pas encore imaginer. Par Alun Anderson