Le shopping en ligne a connu un boom ces derniers mois, confinement et mesures saniaires strictes obligent. Dans ce contexte, même si 1 Belge sur 5 déclare maintenant faire davantage d'achats en ligne, les commerces locaux conservent une place de choix dans le coeur des Belges, au même titre que leur rôle au niveau de la cohésion sociale d'un quartier ou d'une communauté. C'est ce qui ressort d'une enquête Mastercard réalisée au niveau européen.

Sept acheteurs sur dix (69% au niveau belge et 74% au niveau européen) sont désormais plus susceptibles de faire leurs achats dans leur communauté locale qu'il y a un an.

Une enquête 'miroir' commanditée conjointement avec Mastercard et Buy Way pré et post confinement pour interroger commerçants et consommateurs sur leurs nouvelles habitudes d'achats, révélait déjà il y a quelques jours la fidélité des Belges pour leurs points de vente physiques.

Mais l'étude européenne va plus loin : elle révèle que les Européens font ce choix de dépenser localement d'une part pour aider leurs commerces environnants à rebondir suite à la crise sanitaire (49%), parce qu'ils ont développé de nouvelles relations avec des commerçants locaux et des magasins indépendants (28%) ou parce qu'ils font davantage confiance aux recommandations de personnes issues de leur quartier ou leur communauté (26%).

Deux tiers des Belges (70%), comme dans d'autres pays européens (65%) d'ailleurs, disent apprécier différemment leurs magasins de proximité depuis le confinement. D'abord pour la facilité qu'ils leur procurent (50% au niveau européen et 39% au niveau belge), pour éviter les files des grands supermarchés (40% au niveau européen et 34% au niveau belge) et enfin, suite aux limitations de déplacement (31% au niveau européen et 24% au niveau belge).

Près des trois quarts des personnes interrogées, et c'est encore plus vrai pour les Belges (respectivement 72% et 75%), préfèrent faire leurs achats chez quelqu'un qu'elles connaissent et 72% d'entre elles font davantage confiance aux recommandations de ces commerçants locaux.

Le shopping en ligne a connu un boom ces derniers mois, confinement et mesures saniaires strictes obligent. Dans ce contexte, même si 1 Belge sur 5 déclare maintenant faire davantage d'achats en ligne, les commerces locaux conservent une place de choix dans le coeur des Belges, au même titre que leur rôle au niveau de la cohésion sociale d'un quartier ou d'une communauté. C'est ce qui ressort d'une enquête Mastercard réalisée au niveau européen. Sept acheteurs sur dix (69% au niveau belge et 74% au niveau européen) sont désormais plus susceptibles de faire leurs achats dans leur communauté locale qu'il y a un an. Une enquête 'miroir' commanditée conjointement avec Mastercard et Buy Way pré et post confinement pour interroger commerçants et consommateurs sur leurs nouvelles habitudes d'achats, révélait déjà il y a quelques jours la fidélité des Belges pour leurs points de vente physiques. Mais l'étude européenne va plus loin : elle révèle que les Européens font ce choix de dépenser localement d'une part pour aider leurs commerces environnants à rebondir suite à la crise sanitaire (49%), parce qu'ils ont développé de nouvelles relations avec des commerçants locaux et des magasins indépendants (28%) ou parce qu'ils font davantage confiance aux recommandations de personnes issues de leur quartier ou leur communauté (26%).Deux tiers des Belges (70%), comme dans d'autres pays européens (65%) d'ailleurs, disent apprécier différemment leurs magasins de proximité depuis le confinement. D'abord pour la facilité qu'ils leur procurent (50% au niveau européen et 39% au niveau belge), pour éviter les files des grands supermarchés (40% au niveau européen et 34% au niveau belge) et enfin, suite aux limitations de déplacement (31% au niveau européen et 24% au niveau belge). Près des trois quarts des personnes interrogées, et c'est encore plus vrai pour les Belges (respectivement 72% et 75%), préfèrent faire leurs achats chez quelqu'un qu'elles connaissent et 72% d'entre elles font davantage confiance aux recommandations de ces commerçants locaux.