Cette légère hausse résulte d'un rééquilibrage du trafic de transit, qui avait connu une chute importante l'année précédente et qui s'est relancé en 2020 avec une augmentation de plus de 20%. Le trafic propre a, lui, accusé une diminution de 5,3%, à 4,9 millions de tonnes de transbordements.

Ce résultat représente cependant "une bonne performance" aux yeux de la société, car le confinement du premier trimestre avait conduit à un fort ralentissement de l'activité portuaire et avait engendré jusqu'à 32% de perte de trafic propre pour le mois d'avril.

Les matériaux de construction restent par ailleurs en tête des catégories de produits échangés par voie d'eau à Bruxelles, devant les produits pétroliers et les conteneurs.

Malgré les circonstances exceptionnelles, il s'agit de la troisième meilleure année en termes de trafic propre depuis la création du Port de Bruxelles en tant que société régionale en 1993.

Selon ses calculs, le trafic global par la voie d'eau a permis d'éviter environ 621.000 camions, 96.000 tonnes de CO2 et 24 millions d'euros en coûts externes. "Cette année 2020 totalement inédite aura en tout cas démontré la résilience de l'activité portuaire bruxelloise et ses facultés d'adaptation à des circonstances inattendues", commente Yassine Akki, président du Port. "Le Port de Bruxelles a ainsi confirmé son rôle primordial pour un approvisionnement durable de la capitale."

Le Port de Bruxelles gère 14 kilomètres de voie d'eau et 6 kilomètres de quais utiles en Région bruxelloise. Le domaine portuaire bruxellois représente 107 hectares de superficie utile, où sont installées près de 200 entreprises.

Cette légère hausse résulte d'un rééquilibrage du trafic de transit, qui avait connu une chute importante l'année précédente et qui s'est relancé en 2020 avec une augmentation de plus de 20%. Le trafic propre a, lui, accusé une diminution de 5,3%, à 4,9 millions de tonnes de transbordements. Ce résultat représente cependant "une bonne performance" aux yeux de la société, car le confinement du premier trimestre avait conduit à un fort ralentissement de l'activité portuaire et avait engendré jusqu'à 32% de perte de trafic propre pour le mois d'avril. Les matériaux de construction restent par ailleurs en tête des catégories de produits échangés par voie d'eau à Bruxelles, devant les produits pétroliers et les conteneurs. Malgré les circonstances exceptionnelles, il s'agit de la troisième meilleure année en termes de trafic propre depuis la création du Port de Bruxelles en tant que société régionale en 1993. Selon ses calculs, le trafic global par la voie d'eau a permis d'éviter environ 621.000 camions, 96.000 tonnes de CO2 et 24 millions d'euros en coûts externes. "Cette année 2020 totalement inédite aura en tout cas démontré la résilience de l'activité portuaire bruxelloise et ses facultés d'adaptation à des circonstances inattendues", commente Yassine Akki, président du Port. "Le Port de Bruxelles a ainsi confirmé son rôle primordial pour un approvisionnement durable de la capitale." Le Port de Bruxelles gère 14 kilomètres de voie d'eau et 6 kilomètres de quais utiles en Région bruxelloise. Le domaine portuaire bruxellois représente 107 hectares de superficie utile, où sont installées près de 200 entreprises.