En 2010, 1.173.000 femmes de 15 à 64 ans étaient détentrices d'un diplôme de l'enseignement supérieur contre 1.031.000 hommes. En outre, 79,5% des femmes ayant un diplôme de l'enseignement supérieur avaient un emploi. La différence avec les hommes n'est donc plus, dans cette catégorie, que de 5,1 points de pourcentage. Il y a un quart de siècle, l'écart s'élevait encore à 14 points de pourcentage, souligne la Direction générale Statistique dans son communiqué.

Cependant, une fois sur le marché du travail, 1 femme sur 6 possédant un master ou un diplôme universitaire exerce des tâches administratives d'un niveau inférieur à ses qualifications alors que cette proportion chez leurs homologues masculins n'est que d'un sur dix, poursuit le communiqué.

Les femmes sont donc, non seulement, moins nombreuses à occuper un emploi correspondant à leur niveau de formation mais en retirent également un salaire moindre. En effet, seule 1 femme sur 5 détentrice d'un master ou d'un diplôme universitaire peut se targuer d'occuper une position de cadre supérieur ou de dirigeant d'entreprise (pour 1 homme sur 4). Et là encore, l'écart salarial entre hommes et femmes s'élève à près de 1.000 euros brut pour un emploi excercé à temps plein dans le secteur privé.

Enfin, 70,6 pc des femmes de 25 à 49 ans travaillent à temps plein. Ce chiffre tombe à 58,6% lorsqu'elles sont mères d'un enfant, à 50,6% à l'arrivée du deuxième et à 45% lorsqu'elles ont 3 enfants ou plus. Les hommes entre 25 et 49 ans sans enfant sont, quant à eux, 94,2% à travailler à temps plein, et respectivement, 94,8%, 94,9% et 93,5% quand ils sont pères d'un, deux ou trois enfants ou plus.

Avec Belga

En 2010, 1.173.000 femmes de 15 à 64 ans étaient détentrices d'un diplôme de l'enseignement supérieur contre 1.031.000 hommes. En outre, 79,5% des femmes ayant un diplôme de l'enseignement supérieur avaient un emploi. La différence avec les hommes n'est donc plus, dans cette catégorie, que de 5,1 points de pourcentage. Il y a un quart de siècle, l'écart s'élevait encore à 14 points de pourcentage, souligne la Direction générale Statistique dans son communiqué. Cependant, une fois sur le marché du travail, 1 femme sur 6 possédant un master ou un diplôme universitaire exerce des tâches administratives d'un niveau inférieur à ses qualifications alors que cette proportion chez leurs homologues masculins n'est que d'un sur dix, poursuit le communiqué. Les femmes sont donc, non seulement, moins nombreuses à occuper un emploi correspondant à leur niveau de formation mais en retirent également un salaire moindre. En effet, seule 1 femme sur 5 détentrice d'un master ou d'un diplôme universitaire peut se targuer d'occuper une position de cadre supérieur ou de dirigeant d'entreprise (pour 1 homme sur 4). Et là encore, l'écart salarial entre hommes et femmes s'élève à près de 1.000 euros brut pour un emploi excercé à temps plein dans le secteur privé. Enfin, 70,6 pc des femmes de 25 à 49 ans travaillent à temps plein. Ce chiffre tombe à 58,6% lorsqu'elles sont mères d'un enfant, à 50,6% à l'arrivée du deuxième et à 45% lorsqu'elles ont 3 enfants ou plus. Les hommes entre 25 et 49 ans sans enfant sont, quant à eux, 94,2% à travailler à temps plein, et respectivement, 94,8%, 94,9% et 93,5% quand ils sont pères d'un, deux ou trois enfants ou plus. Avec Belga