L'organisation avait communiqué sa réticence envers la proposition de suppression du certificat médical pour une absence de courte durée mais se félicite que les PME de moins de 50 travailleurs soient exemptées de cette mesure. "Cela aurait été une catastrophe pour les 'petits' employeurs", ajoute le SNI. "Le certificat médical restera un moyen de contrôle des absences au travail".

Parmi les autres mesures, le syndicat se réjouit du maintien de l'exemption de cotisations sociales sur les premiers emplois et du plan pour les métiers en pénurie, "véritable nécessité" pour le développement des PME ou l'accompagnement dans le retour au travail des malades de longue durée. "Les entreprises sont prêtes à recruter mais elles ne trouvent tout simplement pas de personnel; il faut espérer que ces différentes mesures vont y contribuer", explique-t-il.

Le SNI partage par contre ses doutes quant à la mise en oeuvre de l'introduction d'un droit à cinq jours de formation par an pour les salariés. "Ce ne sera certainement pas un problème pour les grandes entreprises mais comment organiser cela dans des petites PME de quelques salariés seulement"?

L'organisation espère également voir les factures énergétiques baisser rapidement grâce aux mesures gouvernementales car de nombreux indépendants se retrouvent dans d'importantes difficultés financières à cause de la forte hausse des prix.

L'organisation avait communiqué sa réticence envers la proposition de suppression du certificat médical pour une absence de courte durée mais se félicite que les PME de moins de 50 travailleurs soient exemptées de cette mesure. "Cela aurait été une catastrophe pour les 'petits' employeurs", ajoute le SNI. "Le certificat médical restera un moyen de contrôle des absences au travail". Parmi les autres mesures, le syndicat se réjouit du maintien de l'exemption de cotisations sociales sur les premiers emplois et du plan pour les métiers en pénurie, "véritable nécessité" pour le développement des PME ou l'accompagnement dans le retour au travail des malades de longue durée. "Les entreprises sont prêtes à recruter mais elles ne trouvent tout simplement pas de personnel; il faut espérer que ces différentes mesures vont y contribuer", explique-t-il. Le SNI partage par contre ses doutes quant à la mise en oeuvre de l'introduction d'un droit à cinq jours de formation par an pour les salariés. "Ce ne sera certainement pas un problème pour les grandes entreprises mais comment organiser cela dans des petites PME de quelques salariés seulement"? L'organisation espère également voir les factures énergétiques baisser rapidement grâce aux mesures gouvernementales car de nombreux indépendants se retrouvent dans d'importantes difficultés financières à cause de la forte hausse des prix.