Au cours des six premiers mois de cette année, Anvers a exporté 21% en moins de diamants bruts que durant la même période en 2018, tandis que les importations ont chuté de près de 20%. En raison de la chute du prix brut, la valeur des exportations et des importations a diminué de plus d'un quart (27% et 26% respectivement). Selon l'AWDC, ces résultats décevants sont dus aux "guerres commerciales, à l'instabilité politique et à l'insécurité financière". Les négociants en diamants reportent leurs achats car ils spéculent sur une nouvelle baisse des prix.

"En conséquence, les producteurs de diamants se retrouvent avec des stocks importants, forçant certains d'entre eux à vendre en dessous du prix", constate le secteur diamantaire anversois. Cela signifie également que les producteurs en extraient moins. "En tant que centre commercial le plus important pour les diamants bruts, Anvers le ressent immédiatement", souligne-t-il. Tout n'est cependant pas négatif aux yeux de l'AWDC. La demande de bijoux en diamants continue ainsi de croître, en particulier aux États-Unis et en Chine.

Reste à voir comment cela se traduira dans les chiffres commerciaux du second semestre. Au cours des six premiers mois de l'année, le volume de diamants taillés exportés d'Anvers a diminué de 13% par rapport à l'année dernière. La quantité de ces marchandises importées a, elle, diminué de 8%. Les prix à l'exportation et à l'importation sur ce segment ayant augmenté de 10,5% et 9% par rapport à l'année dernière, la baisse de valeur a été limitée.