Comme de nombreux autres secteurs, l'industrie agro-alimentaire belge souffre de la flambée des coûts de l'énergie et des matières premières, ainsi que de la hausse des coûts salariaux. Elle fait également face à des pénuries de produits essentiels tels que les engrais et le CO2. Le secteur reconnaît que le gouvernement a déjà pris des décisions importantes mais souligne la nécessité d'un soutien supplémentaire "pour assurer la production alimentaire cet hiver, éviter les ruptures dans la chaîne agroalimentaire et maintenir le potentiel de production à court et moyen terme".

Selon les organisations, cela comprend une aide pour maintenir l'énergie et les engrais à un prix abordable, mais aussi le maintien de liquidités pour continuer à payer les factures. Elles préconisent également un soutien aux investissements dans l'efficacité énergétique et dans le passage à l'énergie verte. Le secteur ajoute qu'il ne peut pas répercuter adéquatement l'augmentation des coûts car les chaînes de supermarchés jouent de leur importante position de force. Il demande au gouvernement de faciliter les discussions entre les fournisseurs et les acheteurs et, en tant que régulateur, d'aider à faire respecter la loi sur les pratiques commerciales déloyales.

Comme de nombreux autres secteurs, l'industrie agro-alimentaire belge souffre de la flambée des coûts de l'énergie et des matières premières, ainsi que de la hausse des coûts salariaux. Elle fait également face à des pénuries de produits essentiels tels que les engrais et le CO2. Le secteur reconnaît que le gouvernement a déjà pris des décisions importantes mais souligne la nécessité d'un soutien supplémentaire "pour assurer la production alimentaire cet hiver, éviter les ruptures dans la chaîne agroalimentaire et maintenir le potentiel de production à court et moyen terme". Selon les organisations, cela comprend une aide pour maintenir l'énergie et les engrais à un prix abordable, mais aussi le maintien de liquidités pour continuer à payer les factures. Elles préconisent également un soutien aux investissements dans l'efficacité énergétique et dans le passage à l'énergie verte. Le secteur ajoute qu'il ne peut pas répercuter adéquatement l'augmentation des coûts car les chaînes de supermarchés jouent de leur importante position de force. Il demande au gouvernement de faciliter les discussions entre les fournisseurs et les acheteurs et, en tant que régulateur, d'aider à faire respecter la loi sur les pratiques commerciales déloyales.