La laine reprend du poil de la bête

Ces 20 dernières années, Guy Deminne devait plus compter sur son travail de garnisseur de meubles que sur celui de matelassier. Bon an, mal an, il réalisait au maximum une vingtaine de matelas en laine. Sur le premier trimestre de cette année, il en a déjà eu une quinzaine entre les mains. Ses quatre autres confrères francophones (à Bruxelles, Tournai, Namur et Liège) connaissent le même engouement pour la laine. " On ne trouvait plus de laine en Belgique et donc, on ne fabriquait plus de nouveaux matelas, explique le garnisseur-matelassier indépendant. Depuis cinq ans, on peut à nouveau trouver de la laine wallonne, fournie par DBC Wool, à Verviers. "
...

Ces 20 dernières années, Guy Deminne devait plus compter sur son travail de garnisseur de meubles que sur celui de matelassier. Bon an, mal an, il réalisait au maximum une vingtaine de matelas en laine. Sur le premier trimestre de cette année, il en a déjà eu une quinzaine entre les mains. Ses quatre autres confrères francophones (à Bruxelles, Tournai, Namur et Liège) connaissent le même engouement pour la laine. " On ne trouvait plus de laine en Belgique et donc, on ne fabriquait plus de nouveaux matelas, explique le garnisseur-matelassier indépendant. Depuis cinq ans, on peut à nouveau trouver de la laine wallonne, fournie par DBC Wool, à Verviers. " Guy Deminne explique le renouveau des matelas en laine par un certain retour des consommateurs à la nature. " La laine est un produit bio. Il est recyclable à l'infini. Mes clients sont des personnes qui ont déjà eu des matelas en laine, et d'autres qui veulent essayer. " La plupart des clients amènent leur vieux matelas. Guy Demine sort la laine, la carde pour la nettoyer et l'aérer, la remet dans la housse d'origine, puis refait les coutures et les capitons. Il suffit de quelques nuits pour que le relief créé par le capitonnage s'estompe, laissant place à un doux confort, été comme hiver. Et les mites ? " Elles détestent les changements de température. Donc, si l'on se sert du matelas de temps en temps, il n'y en a pas ", explique le matelassier. Un matelas de 90x200 cm contient 20 kg de laine. La toile en coton, très solide, vient de France. Seule la ficelle, en nylon, n'est pas d'origine naturelle. Il faut une journée entière pour créer ou refaire un matelas. Comptez 390 euros pour la rénovation d'un matelas de 90 cm, qui sera bon pour le service pour une quinzaine d'années, et 630 euros pour un neuf, avec de la nouvelle laine, dans les mêmes dimensions. Traitex est la dernière grande entreprise de lavage de laine en Europe. Créée il y a 120 ans, Traitex travaille à façon, c'est-à-dire qu'elle se contente de laver la laine qu'on lui apporte. Elle traite environ 5.000 tonnes de laine en suint par an (+ 15% en 2017) et emploie une soixantaine de travailleurs. Si l'ambiance des vieux murs installés le long de la Vesdre, rivière qui a vu naître l'industrie lainière, a des relents dignes du 19e siècle, il n'en reste pas moins que l'usine est bien ancrée dans le 21e siècle, avec sa propre station de traitement d'eau et son installation solaire composée de 1.000 panneaux photovoltaïques. D'autres produits profitent aussi de ce nouvel engouement pour la laine. A Verviers, berceau de l'industrie lainière belge, DBC Wool récolte à nouveau de la laine auprès des éleveurs wallons. L'entreprise la fait nettoyer chez Traitex, également installée à Verviers. Sous la marque Lanado, DBC Wool commercialise des couettes de luxe. La société a développé un traitement anti-feutrant qui permet de laver les couettes en machine à 40 °C et de les mettre dans le séchoir, sans qu'elles perdent leur gonflant. Elles sont également traitées contre les moisissures, les bactéries et les acariens. De par ses qualités, la laine constitue un excellent isolant, tant thermique qu'acoustique. C'est ce qu'a compris l'entrepreneur Paul Zanzen, à Waismes. A côté de son entreprise de toitures, il a créé Woolconcept, une marque d'isolation à partir de panneaux et de rouleaux d'isolation en laine. " La laine est élastique, peu inflammable, capable d'absorber l'humidité jusqu'à un tiers de son poids et de la restituer sans perdre en volume, ce qui permet de maintenir une bonne hygrométrie dans la maison ", explique Paul Zanzen.