Pandémie oblige, la remise du prix Fast 50 initié par Deloitte s'est déroulée virtuellement la semaine dernière. Pour sa septième édition, ce prix qui récompense l'entreprise technologique belge à la plus forte croissance ces quatre dernières années, est revenu à ProUnity.
...

Pandémie oblige, la remise du prix Fast 50 initié par Deloitte s'est déroulée virtuellement la semaine dernière. Pour sa septième édition, ce prix qui récompense l'entreprise technologique belge à la plus forte croissance ces quatre dernières années, est revenu à ProUnity. Créée en 2015, la scale-up qui, via une plateforme originale, centralise tout le processus de recrutement et ses acteurs, a enregistré une croissance inouïe de 82.677,34% de son chiffre d'affaires. Dans la catégorie jeunes pousses de moins de quatre ans, le jury présidé par Duco Sickinghe, l'ancien patron de Telenet et président de KPN, a récompensé Intigriti, une start-up de Schelle qui fait du piratage éthique et de la chasse aux bugs. La cérémonie fut aussi l'occasion de révéler les résultats d'une enquête menée conjointement par Deloitte et la Vlerick Business School. Appelée Rising Star Monitor, elle se focalisait, cette année, sur le financement des jeunes boîtes technologiques à fort potentiel. Les deux coauteurs ont interrogé 168 start-up de 2,7 années d'âge moyen et 279 fondateurs. Marquée par la pandémie, l'étude démontre que seul un tiers des entreprises ont de fortes ambitions de croissance. La majorité des patrons souhaitent garder une taille qui leur permette de continuer à gérer eux-mêmes. Ce souci se reflète dans le financement: seule une entreprise sur deux a recueilli des fonds d'une source externe. La dette bancaire (35%) arrive en tête des sources fréquentes devant les subventions publiques (31%). Au niveau des montants moyens alloués, le capital-risque est le plus généreux (938.000 euros) devant les investisseurs stratégiques (492.000) et les business angels (419.000).