La chaîne a demandé la protection contre ses créanciers en avril. Elle perdait alors des centaines de millions d'euros en raison des mesures contre le coronavirus, notamment celle qui prévoyait la fermeture obligatoire des magasins.

Avec un curateur, la direction a élaboré un plan de sauvetage qui a été approuvé mardi par les créanciers. La procédure de protection contre les créanciers devrait être levé ce mois. En octobre, la société pourrait de nouveau opérer sans dettes. Les créanciers, fournisseurs et loueurs devraient perdre une grande partie de l'argent qu'ils auraient dû recevoir de GKK. Il s'agirait de plus de 2 milliards d'euros.

Au niveau de l'emploi, les travailleurs payent un lourd tribut: 46 magasins fermés sur 172 et 5.000 emplois supprimés.

La chaîne a demandé la protection contre ses créanciers en avril. Elle perdait alors des centaines de millions d'euros en raison des mesures contre le coronavirus, notamment celle qui prévoyait la fermeture obligatoire des magasins. Avec un curateur, la direction a élaboré un plan de sauvetage qui a été approuvé mardi par les créanciers. La procédure de protection contre les créanciers devrait être levé ce mois. En octobre, la société pourrait de nouveau opérer sans dettes. Les créanciers, fournisseurs et loueurs devraient perdre une grande partie de l'argent qu'ils auraient dû recevoir de GKK. Il s'agirait de plus de 2 milliards d'euros. Au niveau de l'emploi, les travailleurs payent un lourd tribut: 46 magasins fermés sur 172 et 5.000 emplois supprimés.