En 2022, 43% des Belges affirment que leur emploi leur permet de télétravailler. Parmi ceux-ci, seule une faible minorité (soit 5,1%) souhaite encore se rendre au bureau tous les jours pour travailler. Mais tous les patrons acceptent-ils le télétravail de leurs collaborateurs ? Il semblerait qu'en Belgique le télétravail soit très bien perçu par les employeurs, car près de la moitié des Belges interrogés (46%) déclarent avoir l'autorisation de leur manager pour travailler à domicile. La Belgique obtient d'ailleurs le meilleur score sur ce point par rapport aux autres pays européens.

Si le travailleur belge pouvait choisir, il opterait pour 2,5 jours de télétravail par semaine, une demande qui le situe dans la moyenne européenne. Tout comme les Italiens, les Allemands et les Suédois.

Quant au reste des pays européens, ils se divisent en deux clans bien précis. Du côté des "pour" (3 jours par semaine à la maison) on retrouve l'Espagne, la Finlande et le Royaume-Uni ; tandis que la France et les Pays-Bas préfèrent retourner au bureau 3 jours par semaine, ne laissant que deux journées de télétravail possible. En Espagne, un quart des travailleurs souhaitent même travailler à domicile cinq jours par semaine.

"Une étude récente de SD Worx auprès de plus de 1.000 salariés belges montre que le mardi et le jeudi sont les jours les plus populaires pour revenir au bureau, précise Katleen Jacobs, consultante chez SD Worx. Plus de quatre Belges sur dix indiquent d'ailleurs une préférence pour ces jours. Le mercredi et le lundi suivent pour environ un Belge sur trois.

Si pour 38,5% des Belges, le jour de la semaine consacré au télétravail n'a pas d'importance, ils sont bien nombreux à voir une préférence sur leurs jours idéaux pour travailler de chez eux.

"Le jour préféré pour travailler à la maison est le vendredi (pour un tiers des Belges), suivi du lundi (un quart des Belges) et du mercredi (20%), souligne Katleen Jacobs. Bien sûr, il existe des différences individuelles. Les employeurs sont confrontés à un casse-tête avec leurs équipes, afin qu'une attention suffisante soit accordée à l'autonomie supplémentaire, d'une part, et à la cohésion de l'équipe, d'autre part."

Les mardis et le jeudi restant les jours les plus appréciés pour retourner au bureau pour plus de 40% des interrogés.

Avantages et inconvénients

A la lecture de ces résultats, on peut tirer comme conclusion qu'en ce qui concerne le télétravail, la majorité des résultats est positive. Ce n'est pas pour rien si près de sept travailleurs sur dix (69%) n'y voient que des avantages. Et ce pourcentage s'élève même jusqu'à 79% chez ceux qui estiment que le télétravail leur permet de mieux concilier vie professionnelle et vie privée.

Une majorité des travailleurs (60%) estiment encore que leurs coopérations avec les autres et donc que la productivité dans les tâches en équipe se sont améliorées, grâce au télétravail. Et 66% se trouvent même plus productifs lorsqu'ils travaillent individuellement.

Mais attention... il ne faudrait pas que ce tableau idyllique masque certains problèmes. Car si une majorité apprécie le télétravail il ne convient pas à tout le monde du moins pas tout le temps. Parmi les travailleurs belges interrogés, ils sont 54% à dire qu'ils risquent de travailler plus d'heures en télétravail et 54% ont subi des pressions pour être disponibles à tout moment. Le contrôle de la part du manager serait plus important pour 24% ressentent un plus grand. Finalement, 20% disent connaître davantage de problèmes mentaux, pour 34% d'entre eux, il s'agit des problèmes physiques et 34% manquent de contacts sociaux avec leurs collègues.

En 2022, 43% des Belges affirment que leur emploi leur permet de télétravailler. Parmi ceux-ci, seule une faible minorité (soit 5,1%) souhaite encore se rendre au bureau tous les jours pour travailler. Mais tous les patrons acceptent-ils le télétravail de leurs collaborateurs ? Il semblerait qu'en Belgique le télétravail soit très bien perçu par les employeurs, car près de la moitié des Belges interrogés (46%) déclarent avoir l'autorisation de leur manager pour travailler à domicile. La Belgique obtient d'ailleurs le meilleur score sur ce point par rapport aux autres pays européens.Si le travailleur belge pouvait choisir, il opterait pour 2,5 jours de télétravail par semaine, une demande qui le situe dans la moyenne européenne. Tout comme les Italiens, les Allemands et les Suédois.Quant au reste des pays européens, ils se divisent en deux clans bien précis. Du côté des "pour" (3 jours par semaine à la maison) on retrouve l'Espagne, la Finlande et le Royaume-Uni ; tandis que la France et les Pays-Bas préfèrent retourner au bureau 3 jours par semaine, ne laissant que deux journées de télétravail possible. En Espagne, un quart des travailleurs souhaitent même travailler à domicile cinq jours par semaine."Une étude récente de SD Worx auprès de plus de 1.000 salariés belges montre que le mardi et le jeudi sont les jours les plus populaires pour revenir au bureau, précise Katleen Jacobs, consultante chez SD Worx. Plus de quatre Belges sur dix indiquent d'ailleurs une préférence pour ces jours. Le mercredi et le lundi suivent pour environ un Belge sur trois. Si pour 38,5% des Belges, le jour de la semaine consacré au télétravail n'a pas d'importance, ils sont bien nombreux à voir une préférence sur leurs jours idéaux pour travailler de chez eux."Le jour préféré pour travailler à la maison est le vendredi (pour un tiers des Belges), suivi du lundi (un quart des Belges) et du mercredi (20%), souligne Katleen Jacobs. Bien sûr, il existe des différences individuelles. Les employeurs sont confrontés à un casse-tête avec leurs équipes, afin qu'une attention suffisante soit accordée à l'autonomie supplémentaire, d'une part, et à la cohésion de l'équipe, d'autre part."Les mardis et le jeudi restant les jours les plus appréciés pour retourner au bureau pour plus de 40% des interrogés.Avantages et inconvénientsA la lecture de ces résultats, on peut tirer comme conclusion qu'en ce qui concerne le télétravail, la majorité des résultats est positive. Ce n'est pas pour rien si près de sept travailleurs sur dix (69%) n'y voient que des avantages. Et ce pourcentage s'élève même jusqu'à 79% chez ceux qui estiment que le télétravail leur permet de mieux concilier vie professionnelle et vie privée.Une majorité des travailleurs (60%) estiment encore que leurs coopérations avec les autres et donc que la productivité dans les tâches en équipe se sont améliorées, grâce au télétravail. Et 66% se trouvent même plus productifs lorsqu'ils travaillent individuellement.Mais attention... il ne faudrait pas que ce tableau idyllique masque certains problèmes. Car si une majorité apprécie le télétravail il ne convient pas à tout le monde du moins pas tout le temps. Parmi les travailleurs belges interrogés, ils sont 54% à dire qu'ils risquent de travailler plus d'heures en télétravail et 54% ont subi des pressions pour être disponibles à tout moment. Le contrôle de la part du manager serait plus important pour 24% ressentent un plus grand. Finalement, 20% disent connaître davantage de problèmes mentaux, pour 34% d'entre eux, il s'agit des problèmes physiques et 34% manquent de contacts sociaux avec leurs collègues.