opinion

Le pari d'Apple: penser au client

Il y a un ver dans le fruit. Apple, qui caracolait encore voici quatre mois à la première marche des capitalisations boursières ; Apple, dont la valeur avait dépassé en octobre 1.100 milliards de dollars ; Apple, autrefois la première entreprise mondiale, a chuté de son piédestal, perdant plus de 400 milliards de capitalisation boursière (presque l'équivalent de ce que notre pays produit comme richesse chaque année) en quelques semaines.

© Afp

L'hallali a été sonné le 3 janvier, lorsque la firme a émis pour la première fois depuis des années un avertissement sur la marche de ses affaires : au premier trimestre 2019, ses ventes ne devraient atteindre que 84 milliards de dollars, soit 7 milliards de moins que ses prévisions. Une solide révision qui s'expliquerait, avoue Tim Cook, le patron d'Apple, par le fait que son entreprise " n'a pas prévu l'importance de la décélération économique, en particulier en Chine ". Les guerres commerciales ne sont pas bonnes pour le business. Mais plus qu'un problème conjoncturel, l'évolution des ventes d'Apple nous raconte aussi comment la principale entreprise numérique mondiale essaie de se réinventer " dans un monde qui change "...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Lisez 3 articles gratuits par mois

Je m'enregistre

Les abonnés du Trends-Tendances bénéficient d'un accès illimité à tous les articles sur Tendances.be

Je prends un abonnement Je suis déjà abonné