Parmi les 27 Etats membres, la Finlande, le Danemark, les Pays-Bas et la Suède sont les plus avancés en matière de numérisation, devant l'Irlande, Malte et l'Espagne, indique le rapport annuel de la Commission européenne qui s'appuie sur l'indice relatif à l'économie et à la société numérique (DESI).

La Roumanie, la Bulgarie et la Grèce obtiennent les notes les plus faibles, selon cet indicateur qui mesure l'avancement dans quatre grands domaines: les compétences de la population, les infrastructures, la transformation des entreprises et numérisation des services publics.

La France se classe 12ème, entre la Slovénie et l'Allemagne.

Même les pays de l'UE les plus avancés "connaissent des lacunes dans des domaines clés" comme le recours à l'intelligence artificielle et aux mégadonnées ("Big Data") ou les pénuries de compétences, note la Commission.

Seuls 54% des Européens âgés de 16 à 74 ans possèdent au moins des "compétences numériques de base", s'inquiète-t-elle. L'UE vise 80% en 2030.

En outre, "bien que 500.000 spécialistes des technologies de l'information et de la communication (TIC) soient entrés sur le marché du travail entre 2020 et 2021, les 9 millions présents dans l'Union ne sont pas suffisants pour combler les pénuries" des entreprises. La Commission en espère 20 millions en 2030.

"Durant la pandémie de Covid, les entreprises ont accru leur recours aux solutions numériques" et l'utilisation de l'informatique en nuage ("cloud") concerne désormais 34% d'entre elles, indique encore la Commission. Mais seules 8% des entreprises utilisent l'intelligence artificielle et 14% les mégadonnées (objectif: 75% en 2030).

La situation est pire du côté des PME, dont seulement 55% "ont atteint au moins un niveau de numérisation de base". L'objectif est d'atteindre 90% d'ici à 2030.

"Nous devons redoubler d'efforts pour faire en sorte que l'ensemble des PME, secteurs d'activité et industries de l'UE disposent des meilleures solutions numériques", a déclaré le Commissaire au Marché intérieur, Thierry Breton, dans un communiqué.

Bruxelles observe toutefois une tendance à la convergence: "les États membres qui sont partis de niveaux inférieurs rattrapent progressivement leur retard en progressant plus rapidement". C'est le cas notamment de l'Italie, de la Pologne et de la Grèce.

Parmi les 27 Etats membres, la Finlande, le Danemark, les Pays-Bas et la Suède sont les plus avancés en matière de numérisation, devant l'Irlande, Malte et l'Espagne, indique le rapport annuel de la Commission européenne qui s'appuie sur l'indice relatif à l'économie et à la société numérique (DESI).La Roumanie, la Bulgarie et la Grèce obtiennent les notes les plus faibles, selon cet indicateur qui mesure l'avancement dans quatre grands domaines: les compétences de la population, les infrastructures, la transformation des entreprises et numérisation des services publics.La France se classe 12ème, entre la Slovénie et l'Allemagne.Même les pays de l'UE les plus avancés "connaissent des lacunes dans des domaines clés" comme le recours à l'intelligence artificielle et aux mégadonnées ("Big Data") ou les pénuries de compétences, note la Commission.Seuls 54% des Européens âgés de 16 à 74 ans possèdent au moins des "compétences numériques de base", s'inquiète-t-elle. L'UE vise 80% en 2030.En outre, "bien que 500.000 spécialistes des technologies de l'information et de la communication (TIC) soient entrés sur le marché du travail entre 2020 et 2021, les 9 millions présents dans l'Union ne sont pas suffisants pour combler les pénuries" des entreprises. La Commission en espère 20 millions en 2030."Durant la pandémie de Covid, les entreprises ont accru leur recours aux solutions numériques" et l'utilisation de l'informatique en nuage ("cloud") concerne désormais 34% d'entre elles, indique encore la Commission. Mais seules 8% des entreprises utilisent l'intelligence artificielle et 14% les mégadonnées (objectif: 75% en 2030).La situation est pire du côté des PME, dont seulement 55% "ont atteint au moins un niveau de numérisation de base". L'objectif est d'atteindre 90% d'ici à 2030."Nous devons redoubler d'efforts pour faire en sorte que l'ensemble des PME, secteurs d'activité et industries de l'UE disposent des meilleures solutions numériques", a déclaré le Commissaire au Marché intérieur, Thierry Breton, dans un communiqué.Bruxelles observe toutefois une tendance à la convergence: "les États membres qui sont partis de niveaux inférieurs rattrapent progressivement leur retard en progressant plus rapidement". C'est le cas notamment de l'Italie, de la Pologne et de la Grèce.