Et c'est même pire que cela pour les speed pedelecs, il semblerait que leur marché arrive à saturation. Si on compare les 10 premiers mois de 2021 avec les statistiques de 2020, ou d'avant le coronavirus en 2019, on constate un déclin constant : 10.730 unités en 2021 contre 10.916 l'an passé (soit une perte de -1,7%) et un recul de -8,4% comparé à la même période de 2019 puisqu'il s'était vendu alors 11.109 vélos électriques rapides.

Filip Rylant, porte-parole de la Fédération de la Mobilité TRAXIO, commente ces statistiques. "Le marché des vélos électriques rapides semble avoir atteint son apogée. Les immatriculations chutent comparées aux deux dernières années. Cette tendance à la baisse se manifestait déjà principalement chez les particuliers (-6,1 %) qui constituent 50,1 % du marché. Les entreprises et le leasing, qui représentent les 50 % restants, optent de plus en plus pour une formule de leasing qui les décharge de tout souci et moins pour l'acquisition, tendance qui explique que le nombre total d'immatriculations au nom d'une entreprise reste supérieur au niveau de l'an dernier. "

Même si la tendance à la baisse est fort présente chez les particuliers, ils représentent encore près de la moitié des ventes : 5.374 unités (50,1 %) ont été achetées par des particuliers. Si les achats par l'intermédiaire d'entreprises ont, eux aussi, encore diminué (-11,5 %), le leasing, en revanche, est toujours en hausse et a même atteint 34,7% du marché total.

Et par provinces ?

En analysant les chiffres de TRAXIO, on constate que le marché des speed pedelecs est essentiellement flamand. Les chiffres sont implacables : la Flandre représente 95,68 % de ce marché avec 10.261 unités, alors que Bruxelles n'occupe que 2,08% du marché avec ses 223 unités et que l'ensemble de la Wallonie (avec 240 unités) représente à peine 2,24 % du marché.

Filip Rylant explique que "l'on n'atteint toutefois plus la popularité (principalement en Flandre) du vélo électrique rapide de 2019. Les vélocistes confirment que le speed pedelec demeure un marché de niche, même en Flandre, qui, certes, offre encore du potentiel dans nos régions urbanisées particulièrement en proie aux embouteillages."

Et c'est même pire que cela pour les speed pedelecs, il semblerait que leur marché arrive à saturation. Si on compare les 10 premiers mois de 2021 avec les statistiques de 2020, ou d'avant le coronavirus en 2019, on constate un déclin constant : 10.730 unités en 2021 contre 10.916 l'an passé (soit une perte de -1,7%) et un recul de -8,4% comparé à la même période de 2019 puisqu'il s'était vendu alors 11.109 vélos électriques rapides.Filip Rylant, porte-parole de la Fédération de la Mobilité TRAXIO, commente ces statistiques. "Le marché des vélos électriques rapides semble avoir atteint son apogée. Les immatriculations chutent comparées aux deux dernières années. Cette tendance à la baisse se manifestait déjà principalement chez les particuliers (-6,1 %) qui constituent 50,1 % du marché. Les entreprises et le leasing, qui représentent les 50 % restants, optent de plus en plus pour une formule de leasing qui les décharge de tout souci et moins pour l'acquisition, tendance qui explique que le nombre total d'immatriculations au nom d'une entreprise reste supérieur au niveau de l'an dernier. " Même si la tendance à la baisse est fort présente chez les particuliers, ils représentent encore près de la moitié des ventes : 5.374 unités (50,1 %) ont été achetées par des particuliers. Si les achats par l'intermédiaire d'entreprises ont, eux aussi, encore diminué (-11,5 %), le leasing, en revanche, est toujours en hausse et a même atteint 34,7% du marché total. Et par provinces ?En analysant les chiffres de TRAXIO, on constate que le marché des speed pedelecs est essentiellement flamand. Les chiffres sont implacables : la Flandre représente 95,68 % de ce marché avec 10.261 unités, alors que Bruxelles n'occupe que 2,08% du marché avec ses 223 unités et que l'ensemble de la Wallonie (avec 240 unités) représente à peine 2,24 % du marché.Filip Rylant explique que "l'on n'atteint toutefois plus la popularité (principalement en Flandre) du vélo électrique rapide de 2019. Les vélocistes confirment que le speed pedelec demeure un marché de niche, même en Flandre, qui, certes, offre encore du potentiel dans nos régions urbanisées particulièrement en proie aux embouteillages."