Avec 665.000 voitures vendues, les immatriculations ont reculé de 30,3% en octobre 2021 par rapport à octobre 2020, précise l'Association des constructeurs européens (ACEA) dans un communiqué. L'ACEA n'avait jamais enregistré un chiffre aussi bas pour le mois d'octobre depuis ses premières statistiques en 1990. C'est le quatrième mois consécutif de baisse pour le marché européen, en comparaison avec un automne 2020 qui avait vu un rattrapage par rapport au début d'année paralysé par le Covid.

Les principaux marchés marquent tous un fort recul: l'Italie a affiché une chute de 35,7%, l'Allemagne 34,9%, la France 30,7% et l'Espagne 20,5%. La Pologne recule de 22%, la Belgique de 35,3% et les Pays-Bas de 23,7%.

Sur les dix premiers mois de l'année, les ventes restent légèrement au-dessus du niveau de 2020 (+2,2%) au niveau européen. "Malgré la récente chute des ventes sous l'effet de la pénurie de semi-conducteurs, des gains réalisés plus tôt dans l'année ont permis de rester sur des chiffres intermédiaires positifs", souligne l'ACEA.

La situation est cependant contrastée selon les pays: si l'Italie ou la France ont en effet pris un peu d'avance, l'Allemagne pourrait notamment enregistrer une année 2021 pire que la très faible année 2020. De nombreux constructeurs pourraient également faire mieux qu'en 2020, comme le leader Volkswagen (+2% sur les 10 premiers mois 2021) ou son challenger Stellantis (+3,1%). Hyundai-Kia est à +20,3%, BMW-Mini à 7,1% et Toyota à +15,7%.

Renault affiche au contraire une baisse de 9,6% de ses volumes de vente depuis le début de l'année. Daimler (Mercedes) baisse de 9,4% et Ford de 14,4%.

Avec 665.000 voitures vendues, les immatriculations ont reculé de 30,3% en octobre 2021 par rapport à octobre 2020, précise l'Association des constructeurs européens (ACEA) dans un communiqué. L'ACEA n'avait jamais enregistré un chiffre aussi bas pour le mois d'octobre depuis ses premières statistiques en 1990. C'est le quatrième mois consécutif de baisse pour le marché européen, en comparaison avec un automne 2020 qui avait vu un rattrapage par rapport au début d'année paralysé par le Covid.Les principaux marchés marquent tous un fort recul: l'Italie a affiché une chute de 35,7%, l'Allemagne 34,9%, la France 30,7% et l'Espagne 20,5%. La Pologne recule de 22%, la Belgique de 35,3% et les Pays-Bas de 23,7%.Sur les dix premiers mois de l'année, les ventes restent légèrement au-dessus du niveau de 2020 (+2,2%) au niveau européen. "Malgré la récente chute des ventes sous l'effet de la pénurie de semi-conducteurs, des gains réalisés plus tôt dans l'année ont permis de rester sur des chiffres intermédiaires positifs", souligne l'ACEA.La situation est cependant contrastée selon les pays: si l'Italie ou la France ont en effet pris un peu d'avance, l'Allemagne pourrait notamment enregistrer une année 2021 pire que la très faible année 2020. De nombreux constructeurs pourraient également faire mieux qu'en 2020, comme le leader Volkswagen (+2% sur les 10 premiers mois 2021) ou son challenger Stellantis (+3,1%). Hyundai-Kia est à +20,3%, BMW-Mini à 7,1% et Toyota à +15,7%. Renault affiche au contraire une baisse de 9,6% de ses volumes de vente depuis le début de l'année. Daimler (Mercedes) baisse de 9,4% et Ford de 14,4%.