Mi-septembre, un accord social a été conclu au sein de la commission paritaire sur le mécanisme de planning (horaire) pour les contrôleurs aériens. Il s'agit d'un dossier délicat négocié pendant plusieurs mois. L'accord avait été approuvé par la direction et les syndicats socialiste et libéral tandis que l'ACV s'était abstenu, le temps d'en discuter en interne.

Il ressort toutefois aujourd'hui que la proposition a été rejetée unanimement par l'organisation syndicale la plus importante de Skeyes. Kurt Callaerts parle d'une insatisfaction particulière à l'égard du manque permanent de personnel et du manque de gestion de la fatigue, contre laquelle doivent lutter les contrôleurs aériens. "Ils sont à l'horaire 15 shifts sur 16 jours. On dissimule ainsi le manque de personnel", estime M. Callaerts.

Selon le syndicat, le malaise et le mécontentement restent grands dans le chef de l'ensemble du personnel de Skeyes. "A la moindre provocation, ça peut exploser ici. Des actions spontanées ne sont pas exclues", a souligné le syndicaliste. Aucun préavis de grève n'a été introduit.