"Notre activité, en amont du processus, complète celles que Catalent avait déjà à Gosselies, commente François Blondel, président du conseil d'administration et administrateur délégué de Delphi Genetics. Elle ne devrait pas entraîner de rationalisation entre ces actifs mais, au contraire, avoir un effet multiplicateur et contribuer à ancrer encor...

"Notre activité, en amont du processus, complète celles que Catalent avait déjà à Gosselies, commente François Blondel, président du conseil d'administration et administrateur délégué de Delphi Genetics. Elle ne devrait pas entraîner de rationalisation entre ces actifs mais, au contraire, avoir un effet multiplicateur et contribuer à ancrer encore davantage Catalent en Belgique. Petit à petit, nous sommes en train de réaliser, à Gosselies, un pôle d'excellence en thérapies cellulaires et géniques. Notre modèle, c'est celui du développement de GSK à Wavre dans le domaine des vaccins."Spin-off de l'ULB, Delphi Genetics était à l'origine un fournisseur de prestations de laboratoire. Une réorientation stratégique en 2016 l'a transformée en une CDMO (Contract Development and Manufacturing Organization), productrice de plasmides d'ADN pour des biotechs actives dans les thérapies géniques. Cette évolution a permis à Delphi Genetics d'augmenter sensiblement son chiffre d'affaires. L'entreprise, qui emploie une quarantaine de personnes, a d'ailleurs obtenu récemment l'agrément pour trois nouvelles salles de production. "Pour amplifier encore notre croissance, nous devions nous associer à un acteur d'envergure mondiale, explique François Blondel. Nous avons reçu pas moins de 13 offres. Nous avons opté pour Catalent, car c'est un acteur industriel et qu'il est déjà bien présent chez nous." Le groupe américain réalise un chiffre d'affaire de trois milliards de dollars et 15.000 emplois à travers le monde.