Dans l'univers du numérique belge, on ne présente plus Fortino, le fonds fondé par l'ancien big boss de Telenet, Duco Sickinghe, que l'on retrouve notamment dans Efficy, Letsbuild ou Mobilexpense. Aujourd'hui, la firme d'investissement (qui en juillet dernier avait réuni 105 nouveaux millions d'euros) a décidé de mettre le focus sur le marché français. Elle vient d'investir dans deux entreprises hexagonales. Avec son fonds de capital-risque spécialisé dans les entreprises...

Dans l'univers du numérique belge, on ne présente plus Fortino, le fonds fondé par l'ancien big boss de Telenet, Duco Sickinghe, que l'on retrouve notamment dans Efficy, Letsbuild ou Mobilexpense. Aujourd'hui, la firme d'investissement (qui en juillet dernier avait réuni 105 nouveaux millions d'euros) a décidé de mettre le focus sur le marché français. Elle vient d'investir dans deux entreprises hexagonales. Avec son fonds de capital-risque spécialisé dans les entreprises SAAS B2B en phase de démarrage ; elle est entrée dans Flowlity lors d'une levée à 5 millions. Avec son fonds de private equity, elle a octroyé un capital de croissance à des éditeurs de logiciels plus matures : Bonitasoft dont l'annonce vient juste de tomber. De la sorte, Fortino Capital lance sa première opération française sur le créneau de son fonds de croissance. "Nous sommes déjà bien implantés dans le Benelux qui, géographiquement, restera notre coeur d'activité, détaille Duco Sickinghe. Mais dans notre spécialité, le software as a service dans le B2B, on voit qu'un nombre important d'entreprises intéressantes se situent en France." Les opportunités y seraient donc importantes, d'autant qu'à l'inverse de certains autres gros fonds d'investissement, Fortino compte rester sur un niveau de tickets compris, pour le capital de croissance, entre 5 et 35 millions. "Beaucoup d'autres acteurs montent plus haut et veulent s'engager sur des montants de l'ordre de 50 à 100 millions", constate-t-il. A en croire l'investisseur, les entrepreneurs français trouveraient, en Fortino un partenaire de choix pour attaquer ou se renforcer sur le marché du Benelux. "Nous avons en interne un vrai savoir-faire tant dans les aspects financiers que marketing, produit, RH, etc.", enchaîne Duco Sickinghe.Reste toutefois à le faire savoir. La firme d'investissement doit à présent faire son marketing sur le marché hexagonal où elle n'est pas encore "top of mind" et se positionner comme un partenaire de choix. Pour cela, les équipes de Fortino passent du temps en France à rencontrer les entrepreneurs mais aussi les nombreux intermédiaires et les différents écosystèmes du logiciel SAAS. L'annonce concomitante de deux investissements sur ce marché fait certainement partie de ce souhait de visibilité. Car, Duco Sickinghe le sait bien, "la notoriété sur un marché se construit et cela prend du temps."