Vanparys a racheté en 2017 le producteur français de dragées Régence. Alors que la production de la société bruxelloise était d'environ 500 tonnes il y a trois ans, elle a doublé par la suite grâce à l'ajout de nouveaux clients (200 tonnes) et à la reprise de Régence (300 tonnes). C'est alors que les déboires et contretemps se sont enchaînés, explique L'Echo: machines défectueuses, hausse des coûts, retards de livraison et, in fine, annulations de commandes et perte de chiffre d'affaires. Comme un ennui ne vient jamais seul, c'est à ce moment que l'une des banques de Vanparys a dénoncé une ligne de crédit. La société Vanparys a dès lors décidé de se concentrer sur sa rentabilité, en repassant à une équipe au lieu de deux et en donnant la priorité à son marché historique, et de passer par une réorganisation judiciaire.

Vanparys a racheté en 2017 le producteur français de dragées Régence. Alors que la production de la société bruxelloise était d'environ 500 tonnes il y a trois ans, elle a doublé par la suite grâce à l'ajout de nouveaux clients (200 tonnes) et à la reprise de Régence (300 tonnes). C'est alors que les déboires et contretemps se sont enchaînés, explique L'Echo: machines défectueuses, hausse des coûts, retards de livraison et, in fine, annulations de commandes et perte de chiffre d'affaires. Comme un ennui ne vient jamais seul, c'est à ce moment que l'une des banques de Vanparys a dénoncé une ligne de crédit. La société Vanparys a dès lors décidé de se concentrer sur sa rentabilité, en repassant à une équipe au lieu de deux et en donnant la priorité à son marché historique, et de passer par une réorganisation judiciaire.