Ce programme, qui est le fruit tant d'un travail de réflexion en interne que de coordination avec différents acteurs externes, afin d'éviter "les redondances" souligne l'administratrice générale Pascale Delcomminette, est en quelque sorte la feuille de route de l'Awex pour une année.

Parmi les 174 actions prévues, un nombre en hausse par rapport aux 158 actions de 2019, figurent deux missions économiques princières: au Sénégal en juin et en Australie en octobre. Quarante actions sont tournées vers l'Extrême-Orient et 20 vers les "Brics" (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud) alors que l'Awex déploie ses efforts pour aider les entreprises wallonnes à exporter au-delà des frontières de l'Union européenne.

Le programme fait également la part belle à l'aérospatial, en partenariat avec le pôle de compétitivité Skywin, et à l'innovation.

Mais le "fil rouge" de cette feuille de route 2020 sera le développement durable. Une réalité qui est "l'affaire de tous" mais qui, au-delà d'une contrainte, peut devenir une opportunité pour les entreprises wallonnes, rappelle Pascale Delcomminette.

Ce programme, qui est le fruit tant d'un travail de réflexion en interne que de coordination avec différents acteurs externes, afin d'éviter "les redondances" souligne l'administratrice générale Pascale Delcomminette, est en quelque sorte la feuille de route de l'Awex pour une année. Parmi les 174 actions prévues, un nombre en hausse par rapport aux 158 actions de 2019, figurent deux missions économiques princières: au Sénégal en juin et en Australie en octobre. Quarante actions sont tournées vers l'Extrême-Orient et 20 vers les "Brics" (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud) alors que l'Awex déploie ses efforts pour aider les entreprises wallonnes à exporter au-delà des frontières de l'Union européenne. Le programme fait également la part belle à l'aérospatial, en partenariat avec le pôle de compétitivité Skywin, et à l'innovation. Mais le "fil rouge" de cette feuille de route 2020 sera le développement durable. Une réalité qui est "l'affaire de tous" mais qui, au-delà d'une contrainte, peut devenir une opportunité pour les entreprises wallonnes, rappelle Pascale Delcomminette.