Les ministres wallons de l'Économie Willy Borsus et des Aéroports Jean-Luc Crucke étaient présents pour l'occasion. Le but est de développer conjointement une réserve foncière stratégique de quelque 350 hectares aux abords de l'outil liégeois, qui pourrait générer près de 6.750 emplois directs. Au final, une somme allant entre 350 et 400 millions d'euros devrait être rétrocédée par Liège Airport à la Sowaer.

Un partenariat provisoire avait été mis en place en 2015 entre les deux acteurs à l'occasion de l'aménagement des premiers parcs d'activités économiques. Il ne concernait que ces zones-là.

Les terrains dont il est question dans ce nouvel accord sont destinés à accueillir les activités de 2e et 3e lignes. Des zones de l'ancienne base militaire de Bierset seront reconverties. Le but est de renforcer l'attractivité socio-économique de l'aéroport liégeois.

"Le partenariat devient pérenne, s'étend à toutes les zones d'activités économiques et assure une rémunération à Liège Airport", souligne ainsi Frédéric Jacquet, CEO ad interim de l'aéroport liégeois. L'accord permettra en effet d'en diversifier les revenus.

Seules des activités de support à l'aérien et présentant une plus-value pour l'exploitation de l'aéroport seront admises. L'objectif de Liège Airport est de pouvoir démarcher des clients actifs dans le secteur aérien en leur proposant un "package global" en phase avec la continuité de la chaîne logistique. C'est-à-dire avec une implantation permettant d'exercer leurs activités de fret aérien en 1ère ligne, avec un accès direct aux pistes 24h/24, et de mobiliser les services de 2e et 3e lignes assurant la redistribution du fret aérien par voie terrestre.

Hausse de 24% du tonnage de fret

Liège Airport apportera son expertise d'exploitant et commerciale. En témoignent la hausse, logiquement due à la crise sanitaire, de 24% du tonnage de fret qui y a été traité en 2020 par rapport à 2019 et le 1,5 million de tonnes traitées dont l'aéroport devrait s'approcher pour l'année 2021, avec déjà des chiffres en progression de 35% sur les dix premiers mois de cette année par rapport à la même période en 2020.

La Sowaer apportera, elle, son savoir-faire technique pour la poursuite de la réalisation des infrastructures.

Lorsque l'ensemble des zones auront été développées, Liège Airport devrait avoir rétrocédé entre 350 et 400 millions d'euros à la Sowaer et, donc, à la Région wallonne.

Tout en conservant la maîtrise foncière à long terme, la Sowaer a octroyé un droit réel (bail emphytéotique) à Liège Airport, zone par zone, au fur et à mesure de l'équipement des zones d'activités économiques, pour une durée de 99 ans.

En tablant sur une moyenne de 22,5 équivalents temps-plein par hectare, le développement de ces parcs d'activités autour de l'aéroport pourrait générer près de 6.750 emplois directs sur la période 2015-2035.

Un partenariat provisoire avait été mis en place en 2015 entre les deux acteurs à l'occasion de l'aménagement des premiers parcs d'activités économiques. Il ne concernait que ces zones-là. Les terrains dont il est question dans ce nouvel accord sont destinés à accueillir les activités de 2e et 3e lignes. Des zones de l'ancienne base militaire de Bierset seront reconverties. Le but est de renforcer l'attractivité socio-économique de l'aéroport liégeois. "Le partenariat devient pérenne, s'étend à toutes les zones d'activités économiques et assure une rémunération à Liège Airport", souligne ainsi Frédéric Jacquet, CEO ad interim de l'aéroport liégeois. L'accord permettra en effet d'en diversifier les revenus. Seules des activités de support à l'aérien et présentant une plus-value pour l'exploitation de l'aéroport seront admises. L'objectif de Liège Airport est de pouvoir démarcher des clients actifs dans le secteur aérien en leur proposant un "package global" en phase avec la continuité de la chaîne logistique. C'est-à-dire avec une implantation permettant d'exercer leurs activités de fret aérien en 1ère ligne, avec un accès direct aux pistes 24h/24, et de mobiliser les services de 2e et 3e lignes assurant la redistribution du fret aérien par voie terrestre.Hausse de 24% du tonnage de fret Liège Airport apportera son expertise d'exploitant et commerciale. En témoignent la hausse, logiquement due à la crise sanitaire, de 24% du tonnage de fret qui y a été traité en 2020 par rapport à 2019 et le 1,5 million de tonnes traitées dont l'aéroport devrait s'approcher pour l'année 2021, avec déjà des chiffres en progression de 35% sur les dix premiers mois de cette année par rapport à la même période en 2020. La Sowaer apportera, elle, son savoir-faire technique pour la poursuite de la réalisation des infrastructures. Lorsque l'ensemble des zones auront été développées, Liège Airport devrait avoir rétrocédé entre 350 et 400 millions d'euros à la Sowaer et, donc, à la Région wallonne. Tout en conservant la maîtrise foncière à long terme, la Sowaer a octroyé un droit réel (bail emphytéotique) à Liège Airport, zone par zone, au fur et à mesure de l'équipement des zones d'activités économiques, pour une durée de 99 ans. En tablant sur une moyenne de 22,5 équivalents temps-plein par hectare, le développement de ces parcs d'activités autour de l'aéroport pourrait générer près de 6.750 emplois directs sur la période 2015-2035.