"Ils (les travailleurs, NDLR) ont donné d'eux-mêmes pendant des années, pensant travailler pour un groupe international solide et pas pour un nid de crabes cherchant à s'enrichir aux dépens des travailleurs", a expliqué Myriam Djegham, permanente CNE.

"Il reste une petite lueur d'espoir pour eux, ne fut-ce que sur le plan de l'honneur, pour que les dirigeants de FNG ne puissent pas jouir tranquillement de la fortune amassée sur le dos des travailleurs et qu'ils soient un jour punis pour ce qu'ils ont fait. C'est une question de justice", poursuit Myriam Djegham.

Le parquet d'Anvers a ouvert une enquête judiciaire. Les fondateurs du groupe FNG sont inculpés pour détournement de fonds, construction de montages frauduleux et blanchiment d'argent. La CNE, avec son homologue néerlandophone PULs, avec la CSC et avec des travailleurs, se sont constitués partie civile "pour suivre de près le dossier pendant les mois à venir, pouvoir faire entendre le point de vue des travailleurs, voire obtenir des réparations".

"Ils (les travailleurs, NDLR) ont donné d'eux-mêmes pendant des années, pensant travailler pour un groupe international solide et pas pour un nid de crabes cherchant à s'enrichir aux dépens des travailleurs", a expliqué Myriam Djegham, permanente CNE. "Il reste une petite lueur d'espoir pour eux, ne fut-ce que sur le plan de l'honneur, pour que les dirigeants de FNG ne puissent pas jouir tranquillement de la fortune amassée sur le dos des travailleurs et qu'ils soient un jour punis pour ce qu'ils ont fait. C'est une question de justice", poursuit Myriam Djegham. Le parquet d'Anvers a ouvert une enquête judiciaire. Les fondateurs du groupe FNG sont inculpés pour détournement de fonds, construction de montages frauduleux et blanchiment d'argent. La CNE, avec son homologue néerlandophone PULs, avec la CSC et avec des travailleurs, se sont constitués partie civile "pour suivre de près le dossier pendant les mois à venir, pouvoir faire entendre le point de vue des travailleurs, voire obtenir des réparations".