Omniprésent dans la rue, le look casual va-t-il se généraliser sur le lieu de travail ? Aux Etats-Unis, la plupart des employés débarquent désormais au bureau en jean, teeshirt, quand ils n'ont pas carrément adopté le profil sportif, training ou pantalon de yoga. Dans de nombreux secteurs, le casual friday (qui consistait principalement à l'origine à tomber la cravate) s'est mué en quelques années en casual everyday. Le confort avant tout. Et si les milieux du droit, de la finance et de la consultance résistent encore à l'offensive, le dress code s'y assouplit également, lentement mais sûrement. En 2016, la banque JP Morgan Chase a ainsi officiellement rendu le costume cravate optionnel. Décision suivie en 2017 par EY et Walmart, et récemment, par Goldman Sachs. Une (r-)évolution vestimentaire qui se justifie par la nécessité de coller à la transformation du monde du travail, où l'organisation se fait plus horizontale, moins hiérarchique, plus informelle... Mais aussi, sans doute, pour mieux séduire les jeune recrues, plus exigeantes que les générations précédentes en matière de liberté et de flexibilité. Ces multinationales précisant toutefois qu'elles attendent de leurs employés de savoir ce qu'il est acceptable de porter où et quand et, surtout, avec qui.
...