Le constructeur de robots Kuka est victime de l'incertitude de la guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine. Selon l'entreprise, le profit a diminué de moitié à 20 millions d'euros en deuxième trimestre par rapport à l'année précédente.

De mars à juin, les commandes ont baissé de presque 5% à 914 millions d'euros. Le recul est particulièrement fort en Chine, où les commandes sont réduites de moitié. Le chiffre d'affaires a reculé de 6% à environ 802 millions d'euros.

"La conjoncture affaiblie, la guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine et le Brexit déstabilisent notre environnement professionnel", déclare le directeur de Kuka AG, Peter Mohnen. "Nos clients investissent plus prudemment." Pour résoudre ces problèmes, Kuka a mis en place un programme d'austérité en début de cette année.

Cela comprend une réduction de 350 employés sur le site d'Augsbourg. "Depuis le début de l'année, nous avons bien progressé", déclare M. Mohnen. "Mais au second semestre, il reste encore beaucoup à maîtriser."

Pour l'ensemble de l'année, le fabricant de robots vise une légère augmentation de son chiffre d'affaires à environ 3,3 milliards d'euros, après 3,2 milliards d'euros en 2018 et une marge EBIT avant intérêts et impôts d'environ 3,5 %, après 3 % au premier semestre de l'année. Kuka est détenu majoritairement par le groupe chinois Midea depuis 2015. L'entreprise a été fondée en 1898 pour l'exploitation d'éclairage de maison et de rue et a depuis développé diverses technologies innovantes.

Greta Pralle

Source: F.A.Z.