"La situation est inédite", a indiqué le directeur inquiet Filip Van Hool dans un entretien au quotidien. "Je ne vois pas de retour à la normale avant 2023. Nous allons enregistrer des pertes cette année et l'année prochaine. Nous ne pouvons exclure que des licenciements aient également lieu en Belgique."

Les syndicats font également part de leur inquiétude. "Dans la section bus, 1.000 personnes sur 1.750 sont au chômage temporaire et il ne semble pas que cela va changer cette année. Au dernier conseil d'entreprise, on nous a annoncé que la production pourrait tomber à un bus par semaine à l'automne. C'est dramatique", a expliqué Christophe Van Audenhove, du syndicat libéral ACLVB. "Rien n'a encore été officiellement annoncé, mais nous sommes inquiets", a ajouté Hans Verreth (ACV).

"La situation est inédite", a indiqué le directeur inquiet Filip Van Hool dans un entretien au quotidien. "Je ne vois pas de retour à la normale avant 2023. Nous allons enregistrer des pertes cette année et l'année prochaine. Nous ne pouvons exclure que des licenciements aient également lieu en Belgique." Les syndicats font également part de leur inquiétude. "Dans la section bus, 1.000 personnes sur 1.750 sont au chômage temporaire et il ne semble pas que cela va changer cette année. Au dernier conseil d'entreprise, on nous a annoncé que la production pourrait tomber à un bus par semaine à l'automne. C'est dramatique", a expliqué Christophe Van Audenhove, du syndicat libéral ACLVB. "Rien n'a encore été officiellement annoncé, mais nous sommes inquiets", a ajouté Hans Verreth (ACV).