Greenyard attribue cette hausse à la crise du coronavirus mais également à une croissance organique plus rapide que prévu dans différentes relations commerciales où l'accent a été mis sur les marges et la rentabilité.

Les ventes dans la division "frais" ont augmenté de 12,9%, à 959 millions d'euros alors que la croissance a été plus modeste (4,6%, à 190,3 millions d'euros) pour la section "surgelés et légumes préparés".

Greenyard attribue cette hausse à la crise du coronavirus mais également à une croissance organique plus rapide que prévu dans différentes relations commerciales où l'accent a été mis sur les marges et la rentabilité. Les ventes dans la division "frais" ont augmenté de 12,9%, à 959 millions d'euros alors que la croissance a été plus modeste (4,6%, à 190,3 millions d'euros) pour la section "surgelés et légumes préparés".