Christophe Hardiquest, chef du restaurant doublement étoilà Bon Bon, à Woluwe-Saint-Pierre, annonce sur Facebook qu'il fermera son restaurant le 30 juin prochain. "Vous n'êtes pas sans savoir que nous vivons une période particulière, celle-ci m'a permise, non seulement de réfléchir, mais aussi d'accélérer mes envies et mes visions, écrit-il. Après 20 ans à oeuvrer au fourneau de mon enseigne Bon Bon, 20 ans d'investissement quotidien à du 200%, il est temps pour moi de tourner une page."

"Je me sens à l'aise, c'est un choix très personnel, explique-t-il à Trends Tendances. J'ai simplement envie de faire autre chose de ma vie. Ce n'est ni une question financière, ni un souci de santé."

Christophe Hardiquest nous dit avoir "beaucoup de développements en cours" et plancher sur un autre "business model". La structure d'un restaurant fixe le bloque dans ses envies, d'autant que le chef estimait impératif d'être toujours présent dans sa cuisine.

Lors d'un récent Trends Talk, il nous avait confié avoir, notamment, développé beaucoup de consultances à l'étranger durant la pandémie. "Je vais devenir un cuisinier nomade", sourit-il, sans en dire davantage pour l'instant sur ses nouveaux projets.

"J'aime passionnément mon métier de cuisinier et je ne cesserai jamais de l'exercer, quant à la manière, je ne l'ai pas encore définie, je suis certain que la vie me réserve de belles surprises, écrit-il encore dans son message. Quoiqu'il en soit, cette fermeture n'est pas une fin mais le début d'une nouvelle aventure! Merci à mon épouse avec qui, j'ai tout construit, mes enfants qui m'ont donné la force de me hisser toujours plus haut. Je remercie nos clients et amis pour leur fidélité depuis tant d'années, merci à mes équipes, tout ceux qui ont travaillés à mes côtés depuis le début."

En Flandre, d'autres chefs étoilés ont arrêté leur restaurant pour développer un autre "business model". L'exemple le plus connu est celui d'Hertog Jan, dont les respectivement chef et sommelier triplement étoilés, Gert De Mangeleer et Joachim Boudens ont mis en place une structure portant plusieurs initiatives gastronomiques, avant de récréer un lieu d'exception à Anvers, l'année dernière

Christophe Hardiquest, chef du restaurant doublement étoilà Bon Bon, à Woluwe-Saint-Pierre, annonce sur Facebook qu'il fermera son restaurant le 30 juin prochain. "Vous n'êtes pas sans savoir que nous vivons une période particulière, celle-ci m'a permise, non seulement de réfléchir, mais aussi d'accélérer mes envies et mes visions, écrit-il. Après 20 ans à oeuvrer au fourneau de mon enseigne Bon Bon, 20 ans d'investissement quotidien à du 200%, il est temps pour moi de tourner une page.""Je me sens à l'aise, c'est un choix très personnel, explique-t-il à Trends Tendances. J'ai simplement envie de faire autre chose de ma vie. Ce n'est ni une question financière, ni un souci de santé."Christophe Hardiquest nous dit avoir "beaucoup de développements en cours" et plancher sur un autre "business model". La structure d'un restaurant fixe le bloque dans ses envies, d'autant que le chef estimait impératif d'être toujours présent dans sa cuisine.Lors d'un récent Trends Talk, il nous avait confié avoir, notamment, développé beaucoup de consultances à l'étranger durant la pandémie. "Je vais devenir un cuisinier nomade", sourit-il, sans en dire davantage pour l'instant sur ses nouveaux projets."J'aime passionnément mon métier de cuisinier et je ne cesserai jamais de l'exercer, quant à la manière, je ne l'ai pas encore définie, je suis certain que la vie me réserve de belles surprises, écrit-il encore dans son message. Quoiqu'il en soit, cette fermeture n'est pas une fin mais le début d'une nouvelle aventure! Merci à mon épouse avec qui, j'ai tout construit, mes enfants qui m'ont donné la force de me hisser toujours plus haut. Je remercie nos clients et amis pour leur fidélité depuis tant d'années, merci à mes équipes, tout ceux qui ont travaillés à mes côtés depuis le début."En Flandre, d'autres chefs étoilés ont arrêté leur restaurant pour développer un autre "business model". L'exemple le plus connu est celui d'Hertog Jan, dont les respectivement chef et sommelier triplement étoilés, Gert De Mangeleer et Joachim Boudens ont mis en place une structure portant plusieurs initiatives gastronomiques, avant de récréer un lieu d'exception à Anvers, l'année dernière