Selon certains spécialistes, les systèmes CVC (chauffage/ventilation/climatisation) seraient des vecteurs de propagation du virus sur le lieu de travail, dans les écoles et tout autre bâtiment accueillant un grand nombre de personnes. Ces systèmes pourraient ainsi favoriser la propagation du virus à grande échelle. Les études scientifiques n'ont pas encore statué à ce suje...

Selon certains spécialistes, les systèmes CVC (chauffage/ventilation/climatisation) seraient des vecteurs de propagation du virus sur le lieu de travail, dans les écoles et tout autre bâtiment accueillant un grand nombre de personnes. Ces systèmes pourraient ainsi favoriser la propagation du virus à grande échelle. Les études scientifiques n'ont pas encore statué à ce sujet."La plupart des systèmes CVC qui réutilisent l'air intérieur du bâtiment, déjà refroidi ou chauffé pour limiter les déperditions en énergie, peuvent faciliter la propagation d'un virus en suspension dans l'air, des parkings aux étages supérieurs d'un immeuble. Mais la mise à l'arrêt des installations est souvent exclue, car elle aurait, surtout en hiver, une incidence négative sur la santé du personnel, son confort et la circulation d'air frais", explique Nico Seymus, corporate consultancy manager chez Vinçotte, cité par L'Echo.A l'heure actuelle, alors que le télétravail est encore fortement recommandé, les entreprises ne sont tenues de faire inspecter leurs installations CVC que pour prévenir les fuites et s'assurer de leur efficacité énergétique, explique le quotidien économique. L'aspect sanitaire n'est pas (encore) pris en compte. Mais les lignes bougent, les concepteurs de nouveaux immeubles prennent dorénavant en compte ce paramètre en temps de (future) pandémie. Ils prévoient dans leur installation des systèmes "virus safe". Les systèmes existants demandent, eux, d'être vérifiés afin de garantir qu'ils ne sont pas vecteurs de propagation du virus, le COVID-19 mais aussi d'autres virus saisonniers, comme la grippe. Des ajustements, légers ou plus lourds, sont donc effectués sur les systèmes existants. Dans les "open space", l'aération naturelle, est de plus, fortement recommandée.