Lors de sa conférence de presse sur les résultats financiers, le patron a insisté sur les perspectives à long terme pour son entreprise. Proximus investit, certes, massivement dans de nouveaux réseaux (fibre optique et 5G), qui coûtent très cher. Mais, a-t-il souligné, "nous créons une valeur future importante".

"Nous sommes en train de renforcer notre second atout principal, derrière nos clients, pour les 80 prochaines années", illustre-t-il. Passer du cuivre à la fibre nécessite des investissements importants, martèle le CEO.

Cette phase de transition a actuellement un impact sur les coûts opérationnels, "peut-être sous-estimés par certains analystes financiers", mais, à partir de 2022, Guillaume Boutin promet à nouveau de la croissance, lui qui s'était donné trois ans pour ce faire à son arrivée à la tête de Proximus fin 2019. "Nous l'avons toujours dit clairement et nous réaffirmons cette ambition maintenant. Je suis extrêmement confiant dans notre stratégie."

"Nous faisons les bonnes choses. Nous mettons en oeuvre la stratégie annoncée", soutient encore le patron français. "Certains investisseurs peuvent s'interroger sur le dividende. Vont-ils pouvoir tout faire d'un coup, investir dans la fibre, opérer une transformation informatique, renforcer la base de clientèle grâce à la migration vers la fibre, et aussi verser un dividende ? La réponse est oui, nous le pouvons. Nous avons un bilan extrêmement sain."

Lors de sa conférence de presse sur les résultats financiers, le patron a insisté sur les perspectives à long terme pour son entreprise. Proximus investit, certes, massivement dans de nouveaux réseaux (fibre optique et 5G), qui coûtent très cher. Mais, a-t-il souligné, "nous créons une valeur future importante". "Nous sommes en train de renforcer notre second atout principal, derrière nos clients, pour les 80 prochaines années", illustre-t-il. Passer du cuivre à la fibre nécessite des investissements importants, martèle le CEO. Cette phase de transition a actuellement un impact sur les coûts opérationnels, "peut-être sous-estimés par certains analystes financiers", mais, à partir de 2022, Guillaume Boutin promet à nouveau de la croissance, lui qui s'était donné trois ans pour ce faire à son arrivée à la tête de Proximus fin 2019. "Nous l'avons toujours dit clairement et nous réaffirmons cette ambition maintenant. Je suis extrêmement confiant dans notre stratégie." "Nous faisons les bonnes choses. Nous mettons en oeuvre la stratégie annoncée", soutient encore le patron français. "Certains investisseurs peuvent s'interroger sur le dividende. Vont-ils pouvoir tout faire d'un coup, investir dans la fibre, opérer une transformation informatique, renforcer la base de clientèle grâce à la migration vers la fibre, et aussi verser un dividende ? La réponse est oui, nous le pouvons. Nous avons un bilan extrêmement sain."