C'est en 2013 que naît Paysans-Artisans. A l'époque, la structure rassemble une vingtaine de producteurs-coopérateurs. Ils sont aujourd'hui 110. Depuis bientôt 10 ans, cette coopérative à finalité sociale n'a cessé de progresser à son rythme qui épouse celui des saisons. Elle emploie 44 personnes dont 34 salariés et 10 travailleurs en insertion, et même davantage (une septantaine) lorsque l'on ajoute les différentes entités qui gravitent autour de son écosystème: groupement d'intérêt économique, formation, fabrique, etc. "Nous grandissons avec les personnes, souligne Marie-Thérèse Bouchat, codirectrice. Elles peuvent apprendre et progresser au sein de la coopérative." Celle-ci offre un bel exemple de ce qu'est le circuit court. Producteurs et consommateurs vivent en très grande majorité dans la dizaine de communes où Pays-Artisans est présente: Floreffe, Namur, La Bruyère, Profondeville, Yvoir, Anhée, Mettet, Fosses-la-Ville, Sambreville et Jemeppe-sur-Sambre.

"Nous avons trois métiers: la distribution de produits alimentaires, le soutien aux filières de production et la sensibilisation via l'université populaire, poursuit Marie-Thérèse Bouchat. La distribution s'opère selon trois modes. D'abord, la vente en ligne avec le retrait des commandes dans un des 18 Points de R'Aliment, tous tenus par des équipes de bénévoles. Ensuite, via l'un de nos cinq magasins de quartier (Namur, Bouge, Jambes, La Plante et Salzinnes) ou de nos trois magasins de village (Lustin, Saint-Gérard et Saint-Marc). Enfin, chez de petits grossistes, dans des magasins à la ferme, etc." En 2021, Paysans-Artisans a réalisé un chiffre d'affaires de 7 millions d'euros et prévoit 8 millions pour cette année. Parallèlement à ses trois métiers, la coopérative est partie prenante dans divers projets dont la fabrique de circuit court, implantée dans le zoning du BEP à Suarlée où l'on retrouve trois ateliers coopératifs: un petit abattoir de volailles, une légumerie et une bocalerie.

Filières complètes

Cette fabrique se place dans la continuité de l'action initiée par Paysans-Artisans. "La commercialisation n'est qu'un premier pas, soulignent les responsables de la coopérative. Le but est de faire émerger un nouveau modèle agricole et alimentaire. Il faut aussi construire des filières complètes avec des producteurs, des transformateurs, des outils logistiques de distribution. Nous voulons changer la façon de produire, réinventer l'économie, retrouver de l'autonomie et du sens dans le travail. Pour cela, nous misons sur le modèle coopératif, sur des unités de production plus petites, sur l'investissement citoyen et sur le circuit court."

C'est en 2013 que naît Paysans-Artisans. A l'époque, la structure rassemble une vingtaine de producteurs-coopérateurs. Ils sont aujourd'hui 110. Depuis bientôt 10 ans, cette coopérative à finalité sociale n'a cessé de progresser à son rythme qui épouse celui des saisons. Elle emploie 44 personnes dont 34 salariés et 10 travailleurs en insertion, et même davantage (une septantaine) lorsque l'on ajoute les différentes entités qui gravitent autour de son écosystème: groupement d'intérêt économique, formation, fabrique, etc. "Nous grandissons avec les personnes, souligne Marie-Thérèse Bouchat, codirectrice. Elles peuvent apprendre et progresser au sein de la coopérative." Celle-ci offre un bel exemple de ce qu'est le circuit court. Producteurs et consommateurs vivent en très grande majorité dans la dizaine de communes où Pays-Artisans est présente: Floreffe, Namur, La Bruyère, Profondeville, Yvoir, Anhée, Mettet, Fosses-la-Ville, Sambreville et Jemeppe-sur-Sambre. "Nous avons trois métiers: la distribution de produits alimentaires, le soutien aux filières de production et la sensibilisation via l'université populaire, poursuit Marie-Thérèse Bouchat. La distribution s'opère selon trois modes. D'abord, la vente en ligne avec le retrait des commandes dans un des 18 Points de R'Aliment, tous tenus par des équipes de bénévoles. Ensuite, via l'un de nos cinq magasins de quartier (Namur, Bouge, Jambes, La Plante et Salzinnes) ou de nos trois magasins de village (Lustin, Saint-Gérard et Saint-Marc). Enfin, chez de petits grossistes, dans des magasins à la ferme, etc." En 2021, Paysans-Artisans a réalisé un chiffre d'affaires de 7 millions d'euros et prévoit 8 millions pour cette année. Parallèlement à ses trois métiers, la coopérative est partie prenante dans divers projets dont la fabrique de circuit court, implantée dans le zoning du BEP à Suarlée où l'on retrouve trois ateliers coopératifs: un petit abattoir de volailles, une légumerie et une bocalerie. Cette fabrique se place dans la continuité de l'action initiée par Paysans-Artisans. "La commercialisation n'est qu'un premier pas, soulignent les responsables de la coopérative. Le but est de faire émerger un nouveau modèle agricole et alimentaire. Il faut aussi construire des filières complètes avec des producteurs, des transformateurs, des outils logistiques de distribution. Nous voulons changer la façon de produire, réinventer l'économie, retrouver de l'autonomie et du sens dans le travail. Pour cela, nous misons sur le modèle coopératif, sur des unités de production plus petites, sur l'investissement citoyen et sur le circuit court."