Se retrouver avec un impact sur son pare-brise reste une mésaventure vécue par bon nombre d'entre nous. Et si se rendre directement chez le réparateur le plus proche semble logique, il peut s'avérer judicieux de comparer aussi ce qui s'offre à nous avant de prendre une décision.

Carfixer, une plateforme digitale bruxelloise déjà active dans la comparaison de devis pour la réparation de dégâts de carrosserie, étend maintenant ses services au marché du vitrage automobile, et souhaite aider les consommateurs à faire le bon choix lorsqu'il s'agit de choisir un réparateur.

"C'est en fait le marché qui nous l'a demandé, nous explique Anthony Puech, fondateur de Carfixer et directeur opérationnel. Nous avons constaté que de plus en plus de conducteurs nous soumettaient autre chose que de la carrosserie. La demande du consommateur était réelle. On y avait pensé, mais au début, en tant que start-up, nous voulions avoir notre "focus", en l'occurrence la carrosserie. Car si vous voulez tout faire, c'est le meilleur moyen de ne rien faire. Mais nous avons souhaité écouter l'appel du marché nous avons donc décidé d'étendre notre offre."

La start-up a contacté les réparateurs, dont deux des trois leaders du marché, comme Autoglass Clinic ou Touring Glass, mais également des indépendants, un peu partout dans le pays.

Comment le service fonctionne-t-il ?

Comme pour les dégâts de carrosserie, les conducteurs doivent remplir un formulaire, dans lequel il va falloir positionner le dommage sur l'un des vitrages (et pas uniquement le pare-brise) : "L'important pour nous, c'est de pouvoir évaluer si le vitrage devra être changé ou non. Prendre des photos et décrire le bris de glace est toujours un plus. Nous réceptionnons dès lors cette demande et après validation, un pointeur sera placé sur une carte Google Map. Ensuite, un rayon de 25 à 30 km sera tracé et tous les réparateurs partenaires se trouvant dans celui-ci verront la demande. Ensuite, ils vont vous répondre rapidement, parfois même en une heure, avec un premier devis", poursuit M. Puech.

Le conducteur peut ainsi tout comparer : le prix, la distance, le sérieux du réparateur et les services potentiels qu'il peut proposer. Le consommateur compare de chez lui et n'a plus qu'à réserver l'offre qu'il estime la plus intéressante.

Carfixet veut insister sur la discrétion. Jusqu'à la prise de rendez-vous, l'ensemble du processus est anonyme : "Au début, ce que nous avons essayé, c'était de livrer les coordonnées personnelles des conducteurs directement aux réparateurs, qui les contactaient ensuite. C'était jugé comme un peu agressif par les conducteurs. Mais maintenant, nous mettons donc une sorte rideau jusqu'au moment de la réparation. Nous sommes le seul contact et le seul intermédiaire. Le conducteur fait son choix, sans être contacté par le réparateur.

Se retrouver avec un impact sur son pare-brise reste une mésaventure vécue par bon nombre d'entre nous. Et si se rendre directement chez le réparateur le plus proche semble logique, il peut s'avérer judicieux de comparer aussi ce qui s'offre à nous avant de prendre une décision.Carfixer, une plateforme digitale bruxelloise déjà active dans la comparaison de devis pour la réparation de dégâts de carrosserie, étend maintenant ses services au marché du vitrage automobile, et souhaite aider les consommateurs à faire le bon choix lorsqu'il s'agit de choisir un réparateur. "C'est en fait le marché qui nous l'a demandé, nous explique Anthony Puech, fondateur de Carfixer et directeur opérationnel. Nous avons constaté que de plus en plus de conducteurs nous soumettaient autre chose que de la carrosserie. La demande du consommateur était réelle. On y avait pensé, mais au début, en tant que start-up, nous voulions avoir notre "focus", en l'occurrence la carrosserie. Car si vous voulez tout faire, c'est le meilleur moyen de ne rien faire. Mais nous avons souhaité écouter l'appel du marché nous avons donc décidé d'étendre notre offre."La start-up a contacté les réparateurs, dont deux des trois leaders du marché, comme Autoglass Clinic ou Touring Glass, mais également des indépendants, un peu partout dans le pays.Comment le service fonctionne-t-il ? Comme pour les dégâts de carrosserie, les conducteurs doivent remplir un formulaire, dans lequel il va falloir positionner le dommage sur l'un des vitrages (et pas uniquement le pare-brise) : "L'important pour nous, c'est de pouvoir évaluer si le vitrage devra être changé ou non. Prendre des photos et décrire le bris de glace est toujours un plus. Nous réceptionnons dès lors cette demande et après validation, un pointeur sera placé sur une carte Google Map. Ensuite, un rayon de 25 à 30 km sera tracé et tous les réparateurs partenaires se trouvant dans celui-ci verront la demande. Ensuite, ils vont vous répondre rapidement, parfois même en une heure, avec un premier devis", poursuit M. Puech. Le conducteur peut ainsi tout comparer : le prix, la distance, le sérieux du réparateur et les services potentiels qu'il peut proposer. Le consommateur compare de chez lui et n'a plus qu'à réserver l'offre qu'il estime la plus intéressante. Carfixet veut insister sur la discrétion. Jusqu'à la prise de rendez-vous, l'ensemble du processus est anonyme : "Au début, ce que nous avons essayé, c'était de livrer les coordonnées personnelles des conducteurs directement aux réparateurs, qui les contactaient ensuite. C'était jugé comme un peu agressif par les conducteurs. Mais maintenant, nous mettons donc une sorte rideau jusqu'au moment de la réparation. Nous sommes le seul contact et le seul intermédiaire. Le conducteur fait son choix, sans être contacté par le réparateur.