La société de voitures partagées Zipcar quittera Bruxelles le 28 février, a-t-elle annoncé mardi à ses clients. L'entreprise y disposait d'une flotte de 250 véhicules. Paris et Barcelone (où le service est opéré sous le nom Avancar) ont également fait l'objet d'une communication similaire. Le service n'y était pas assez performant ni rentable, semble-t-il.

Tous les contrats actuels de membre seront donc clôturés à partir de cette date et il ne sera plus possible de réserver un véhicule dès le 1er février à minuit, précise Zipcar dans un courriel envoyé à ses clients. Ces derniers sont invités à contacter le service clientèle par email (service@zipcar.be) s'ils ont des questions.

La société de voitures partagées avait encore annoncé une extension de sa zone d'activité à Bruxelles en septembre dernier. "Nous sommes particulièrement impliqués dans la mobilité bruxelloise et nous ne sommes pas près de nous arrêter. La mobilité, c'est créer de l'innovation, et nous avons hâte de relever les défis qui nous attendent", se vantait-elle alors.

"La décision a été prise suite à une analyse régulière des opérations par notre société mère, Zipcar, dont la mission est de mettre en place des solutions innovantes en termes de mobilité sur des marchés susceptibles de proposer des services durables à nos clients et de générer de la valeur pour nos employés et nos actionnaires", explique l'entreprise dans une communication transmise à l'agence Belga.

Présente dans plus de 500 villes à travers le monde, la marque va continuer d'investir et de se développer, avec ses opérations de premier plan au Royaume-Uni et en Amérique du Nord. Elle va en outre développer le modèle commercial dans des marchés sur lequel elle voit des opportunités de croissance, précise-t-elle.

Zipcar, qui avait lancé ses activités dans la capitale belge en septembre 2016, est une filiale d'Avis Budget Group, groupe de location de véhicules. Elle se dit être le plus grand réseau d'autopartage au monde, avec plus d'un million d'abonnés. Son modèle permet d'utiliser une voiture sans l'avoir réservée au préalable et de la laisser ensuite ailleurs dans la ville, au sein de la zone d'activité.

La société de voitures partagées Zipcar quittera Bruxelles le 28 février, a-t-elle annoncé mardi à ses clients. L'entreprise y disposait d'une flotte de 250 véhicules. Paris et Barcelone (où le service est opéré sous le nom Avancar) ont également fait l'objet d'une communication similaire. Le service n'y était pas assez performant ni rentable, semble-t-il.Tous les contrats actuels de membre seront donc clôturés à partir de cette date et il ne sera plus possible de réserver un véhicule dès le 1er février à minuit, précise Zipcar dans un courriel envoyé à ses clients. Ces derniers sont invités à contacter le service clientèle par email (service@zipcar.be) s'ils ont des questions. La société de voitures partagées avait encore annoncé une extension de sa zone d'activité à Bruxelles en septembre dernier. "Nous sommes particulièrement impliqués dans la mobilité bruxelloise et nous ne sommes pas près de nous arrêter. La mobilité, c'est créer de l'innovation, et nous avons hâte de relever les défis qui nous attendent", se vantait-elle alors. "La décision a été prise suite à une analyse régulière des opérations par notre société mère, Zipcar, dont la mission est de mettre en place des solutions innovantes en termes de mobilité sur des marchés susceptibles de proposer des services durables à nos clients et de générer de la valeur pour nos employés et nos actionnaires", explique l'entreprise dans une communication transmise à l'agence Belga. Présente dans plus de 500 villes à travers le monde, la marque va continuer d'investir et de se développer, avec ses opérations de premier plan au Royaume-Uni et en Amérique du Nord. Elle va en outre développer le modèle commercial dans des marchés sur lequel elle voit des opportunités de croissance, précise-t-elle. Zipcar, qui avait lancé ses activités dans la capitale belge en septembre 2016, est une filiale d'Avis Budget Group, groupe de location de véhicules. Elle se dit être le plus grand réseau d'autopartage au monde, avec plus d'un million d'abonnés. Son modèle permet d'utiliser une voiture sans l'avoir réservée au préalable et de la laisser ensuite ailleurs dans la ville, au sein de la zone d'activité.