Dans un communiqué, la SNCB explique qu'en "raison de l'évolution de l'épidémie et de l'augmentation du nombre de contaminations, la SNCB, tout comme d'autres secteurs économiques, est en effet actuellement confrontée à des cas de maladie et/ou de quarantaine parmi son personnel. Cela implique la suppression temporaire et planifiée d'une centaine de trains sur un total de 3.800 trains (soit environ 2,5 %), à partir de ce lundi 6 décembre. La SNCB souhaite limiter au maximum les désagréments pour ses voyageurs en adaptant temporairement son offre et ainsi éviter que, chaque jour, des trains ne doivent être supprimés de manière imprévue".

Dans un communiqué, la SNCB explique qu'en "raison de l'évolution de l'épidémie et de l'augmentation du nombre de contaminations, la SNCB, tout comme d'autres secteurs économiques, est en effet actuellement confrontée à des cas de maladie et/ou de quarantaine parmi son personnel. Cela implique la suppression temporaire et planifiée d'une centaine de trains sur un total de 3.800 trains (soit environ 2,5 %), à partir de ce lundi 6 décembre. La SNCB souhaite limiter au maximum les désagréments pour ses voyageurs en adaptant temporairement son offre et ainsi éviter que, chaque jour, des trains ne doivent être supprimés de manière imprévue".