De plus en plus de travailleurs retournent sur site et le chômage temporaire est à son niveau le plus bas depuis deux mois, selon l'UWE.

La "meilleure nouvelle" de cette enquête vient du côté des entreprises actives en R&D. "Alors qu'en mars 53% des entreprises avaient énoncé l'intention de suspendre leurs projets R&D, on constate qu'au final seulement 1 entreprise sur 3 a suspendu ses projets R&D", explique l'UWE.

Malgré une amélioration globale de l'activité observée ces dernières semaines, le chiffre d'affaires des entreprises ne décollera réellement qu'au 3e trimestre. Leurs patrons estiment toutefois que ce chiffre d'affaires sera en-deçà de 27% par rapport à la normale.

Le risque de faillite est toujours conséquent pour 13,5% des entreprises wallonnes.

Selon l'UWE, 54% des entreprises comptent par ailleurs réduire leur effectif. Le taux moyen de licenciement, en prenant en compte les tailles d'entreprises, serait de 6%.

De plus en plus de travailleurs retournent sur site et le chômage temporaire est à son niveau le plus bas depuis deux mois, selon l'UWE. La "meilleure nouvelle" de cette enquête vient du côté des entreprises actives en R&D. "Alors qu'en mars 53% des entreprises avaient énoncé l'intention de suspendre leurs projets R&D, on constate qu'au final seulement 1 entreprise sur 3 a suspendu ses projets R&D", explique l'UWE. Malgré une amélioration globale de l'activité observée ces dernières semaines, le chiffre d'affaires des entreprises ne décollera réellement qu'au 3e trimestre. Leurs patrons estiment toutefois que ce chiffre d'affaires sera en-deçà de 27% par rapport à la normale. Le risque de faillite est toujours conséquent pour 13,5% des entreprises wallonnes. Selon l'UWE, 54% des entreprises comptent par ailleurs réduire leur effectif. Le taux moyen de licenciement, en prenant en compte les tailles d'entreprises, serait de 6%.