La mission était périlleuse mais pas impossible et ils l'ont acceptée. Six grands importateurs et cavistes belges ont relevé le défi. Fournir des échantillons pour une grande dégustation de bulles. Une seule condition : pas de marque connue de champagne. De l'inédit, du particulier, voire du bizarre. Autour de la table, des dégustateurs avertis actifs dans la presse belge, le monde belge du vin et la viticulture française et quelques candides. La méthode ? Déguster à l'aveugle. Pas question, donc, de se laisser influencer par l'étiquette ou la provenance. Ni de faire plaisir pour être équilibré dans la sélection. Seule compte la qualité du produit. Un exercice impitoyable. Tellement impitoyable que deux de nos fournisseurs, et non des moindres, en sont repartis bredouilles... De ces 21 bouteilles passées à la question, voici les huit meilleures (pas dans l'ordre de leur classement). Le résultat est surprenant mais il devrait ravir par sa diversité et son audace. Alors, cette année, osez !
...

La mission était périlleuse mais pas impossible et ils l'ont acceptée. Six grands importateurs et cavistes belges ont relevé le défi. Fournir des échantillons pour une grande dégustation de bulles. Une seule condition : pas de marque connue de champagne. De l'inédit, du particulier, voire du bizarre. Autour de la table, des dégustateurs avertis actifs dans la presse belge, le monde belge du vin et la viticulture française et quelques candides. La méthode ? Déguster à l'aveugle. Pas question, donc, de se laisser influencer par l'étiquette ou la provenance. Ni de faire plaisir pour être équilibré dans la sélection. Seule compte la qualité du produit. Un exercice impitoyable. Tellement impitoyable que deux de nos fournisseurs, et non des moindres, en sont repartis bredouilles... De ces 21 bouteilles passées à la question, voici les huit meilleures (pas dans l'ordre de leur classement). Le résultat est surprenant mais il devrait ravir par sa diversité et son audace. Alors, cette année, osez ! C'est l'invité surprise de la dégustation. Nous l'aimons depuis longtemps mais, pour confronter notre plaisir à celui des autres dégustateurs, nous l'avons glissé dans la sélection. Grosse satisfaction : il est arrivé premier ! Le Crémant de Bonhoste est l'un des trésors cachés du Bordelais. La région produit 85 % de rouges, 10 % de blancs secs, 1 % de moelleux et 4 % de rosés, clairets et crémants. Une situation complétement retournée puisque jusque dans les années 1970, Bordeaux était surtout une région de blancs ! Le crémant de Bordeaux n'est pas une appellation très connue du grand public. Il ne s'en produit pas beaucoup puisque seuls quelques centaines d'hectares y sont consacrés mais il bénéficie d'une AOP et c'est un produit, vu le savoir-faire des vignerons bordelais, à découvrir. Le Crémant de Bonhoste est produit par la famille Fournier qui possède, entre autres, un domaine à quelques kilomètres de Saint-Emilion, à Saint-Jean de Blaignac. Quasi sur les rives de la Dordogne, dans le pays de la lamproie à la bordelaise. Le Crémant de Bonhoste, assemblage de sémillon et d'ugni blanc, présente de fines bulles et un délicieux goût fruité. C'est joli, floral et avec de belles notes d'agrumes. Un effervescent tout en finesse, bien structuré et avec une solide dose de caractère. Et si notre dégustation ne suffisait pas, ce crémant a été choisi par Gordon Ramsay, le chef écossais multi-étoilé, comme bulles maison pour ses deux restaurants bordelais situés dans l'Hôtel Intercontinental, place de la Comédie. Avec une étiquette personnalisée... Chez nous, le Crémant de Bonhoste est disponible auprès de 't Kasteelke (27, Pareinpark à 9120 Beveren-Waas. Tél. 03 755 30 75) au prix de 15 euros. Le magasin livre aussi dans toute la Belgique à partir de 50 euros. En une vingtaine d'années, François Chidaine s'est imposé comme un acteur incontournable des vins de Loire. A Montlouis-sur-Loire, au confluent des vallées du Cher et de la Loire, sur un terroir très crayeux appelé " pierres de tuffeau " (celles qui ont servi à la construction des châteaux), il dispose, avec son épouse Manuela, d'un domaine de 20 hectares travaillé en biodynamie où le chenin blanc est roi. Appelé aussi pineau de Loire, ce cépage a la particularité de pouvoir donner des blancs secs, des moelleux et des effervescents. François Chidaine vinifie le chenin comme personne et ses cuvées en blanc sont remarquables. Il a aussi acquis un domaine en AOC Vouvray. Les vins y sont tout aussi épatants mais suite à une dispute avec le Syndicat des Vins, il ne peut plus indiquer Vouvray sur les étiquettes. Qu'à cela ne tienne, embrassez ces Vins de France séance tenante ! Ici, c'est son Montlouis-sur-Loire Méthode Traditionnelle Brut Nature qui a épaté nos papilles. C'est un effervescent vif, tendu, droit et très élégant. Avec un nez très aguicheur, il est peu dosé et très minéral. Il présente des notes d'agrumes, de fleurs blanches mais aussi de brioche et de pâtisserie. Le Montlouis-sur-Loire Méthode Traditionnelle Brut Nature de François Chidaine est disponible chez Rob-The Cellar (28, boulevard de la Woluwe, 1150 Woluwe-Saint-Pierre. Tél : 02 771 20 60) au prix de 14,95 euros. On ne quitte ni la Loire, ni le chenin. On se déplace dans l'appellation Vouvray à Reugny en Indre-et-Loire où, depuis bien avant la Seconde Guerre mondiale, le domaine du Viking (nom officiel depuis 1989) produit des effervescents de haute tenue. Ici aussi, le chenin est roi et exprime toute sa finesse. En rejoignant le domaine à la fin des années 1970, Lionel Gauthier va suivre le chemin tracé par Marcel Lhomme, son beau-père. Il va poursuivre l'évolution des effervescents dans la tradition familiale mais va y ajouter des blancs secs et des moelleux. Le Domaine du Viking s'étend désormais sur 17 hectares et possède des caves troglodytes de toute beauté. Le Vouvray Fines Bulles que nous avons dégusté est un modèle du genre : de fines bulles discrètes, un nez de fleurs et de pêche, aucune sucrosité, de la tension, une belle acidité au service de la fraîcheur et une longue finale avec une jolie amertume. Voilà une superbe bouteille digne de votre apéritif de réveillon. Le Vouvray Fines Bulles du domaine du Viking est disponible dans les espaces vins des Vins Pirard (tél. 067 77 31 01) qui livrent aussi gratuitement dans toute la Belgique via leur site d'e-commerce (www.vinspirard.be). A 15 euros, c'est une belle affaire. L'AOC Côte-Roannaise, voilà une autre appellation française méconnue. En une semaine, il nous a été donné d'en découvrir deux pépites. D'abord le Domaine des Pothiers de la famille Paire dont le rouge L'Intégrale est une vraie tuerie (disponible chez Rob). Ensuite, le domaine Serol, à Renaison, qui nous intéresse aujourd'hui. L'appellation située à l'ouest de Roanne au coeur du massif central fait la part belle au gamay qui s'épanouit sur ces sols granitiques. Ce cépage est à la base des beaujolais mais une variante ne se trouve que dans la région : le gamay saint romain. Dans leur vignoble de 27 hectares en conversion bio, la famille Serol le travaille avec finesse et justesse tant dans les rouges que dans les rosés. Son illustre voisin, le restaurant tri-étoilé Troisgros, ne s'y est pas trompé puisqu'il dispose d'une cuvée à son nom. Le domaine produit une bulle rosée invraisemblable appelée Turbullent. Elle a littéralement surpris notre panel de dégustation. Il s'agit donc d'une cuvée 100 % gamay. Au nez, on a l'impression de se trouver devant une coupe de fraises sortant du jardin. La bouche est tout aussi fraîche et acidulée. C'est gourmand, vivace et curieux à la fois. Un véritable effervescent de potes qui doit faire merveille l'été sur les terrasses. Pour les fêtes, voilà une bulle qui va décoiffer vos desserts et amener beaucoup de fraîcheur en bouche à la fin du repas. Ce Turbullent est disponible au prix de 12,90 euros auprès de la maison Brunin-Guillier (77, Grand Route à 7530 Gaurain-Ramecroix. Tél. 069 54 61 39). www.vinsbrunins.com Voici l'exemple typique de la tradition mise au service de l'excellence. Chez les Muré, on cultive la vigne depuis 1650. En 1935, la famille a définitivement acquis le Clos Saint Landelin à Rouffach. Protégé par les plus hauts sommets des Vosges, le domaine a la chance de bénéficier d'un remarquable ensoleillement pour l'Alsace. Ses 25 hectares sont certifiés en biodynamie. Le Riesling et le Pinot Gris Clos Saint Landelin de la famille Muré sont de véritables pépites. Des blancs d'une finesse et d'une profondeur remarquable. Ce savoir-faire se retrouve dans le Crémant d'Alsace Cuvée Prestige de notre dégustation. " C'est un assemblage de cinq cépages : pinot blanc, pinot auxerrois, pinot gris, pinot noir et riesling, confie Véronique Muré. La particularité de la cuvée prestige provient d'un assemblage final basé sur le principe de la solera. En d'autres termes, nous associons du vin de l'année avec un vin issu des millésimes précédents. " A la dégustation, ce crémant présente une belle vinosité, des notes de pommes et de poires, de la fraîcheur et une belle vivacité. Ainsi qu'un mélange atypique d'acidité et de sucrosité. C'est une belle bouteille de fête. Ce Crémant d'Alsace Cuvée Prestige est aussi en vente auprès de la Maison Pirard dont la famille Muré est le plus ancien fournisseur (1952 ! ). Son prix ? 15,60 euros. Un seul champagne aura finalement passé le cap de la sélection. Et un très particulier encore bien. Le Chassenay d'Arce Cuvée Première provient de ce qu'on appelle la Côte des Bar. Située dans l'Aube à une centaine de kilomètres au sud d'Epernay, elle produit des champagnes typés, reflets d'un terroir fait de calcaires durs et de marnes. C'est le pays du pinot noir que l'on retrouve en large majorité dans les assemblages. Chassenay d'Arce est en réalité une coopérative qui regroupe, depuis trois générations, 130 familles de vignerons qui exploitent ensemble 325 hectares de vigne. Le pinot noir y occupe 90 % des parcelles. La Cuvée Première, emblématique de la maison, est un assemblage à 60 % de pinot noir et à 40 % de chardonnay. Voilà un champagne atypique, remarquable, complexe, aromatique et très vineux. Le nez est très expressif avec des notes de fleurs. La bouche est ronde, gourmande, toastée et épicée. Et la finale tout en longueur. Parfait pour un apéritif haut de gamme mais aussi au cours du repas sur des entrées de poisson un peu complexes. Le Chassenay d'Arce Cuvée Première est disponible auprès de la Maison Brunin-Guillier au prix de 23,50 euros. La classification des proseccos est claire : tout en haut de l'échelle de qualité, se trouve le Superiore di Cartizze DOCG. Il s'agit d'un cru provenant d'une petite zone d'une centaine d'hectares située dans la commune de Valdobbiadene. Une région très vallonnée qui ne facilite pas le travail de la vigne mais qui bénéficie d'un microclimat qui permet au glera, le cépage du prosecco, de s'épanouir pleinement. La famille Bisol est présente à Valdobbiadene depuis 1542. Aujourd'hui, elle perpétue cette tradition des effervescents au départ de 177 hectares de vignes. Contrairement à d'autres maisons, elle ne fait pas de négoce et n'achète pas de vin. Tous les vins proviennent donc de ses propriétés. Parmi ces dernières, un trésor de trois hectares situé dans la zone d'appellation Cartizze. Le Private Cartizze 2012 en est issu. C'est une cuvée non dosée dont seulement 2.657 bouteilles ont été produites. La prise de mousse du prosecco, contrairement au champagne, ne se fait pas en bouteille mais en cuve suivant la méthode Charmat. Mais pour sa collection Private, la famille Bisol privilégie la prise de mousse dans la bouteille. Nous voilà donc en présence d'un prosecco atypique, non dosé, très élégant et d'une belle complexité en bouche. C'est droit, frais, net et précis. Avec des notes de menthe fraîche et d'amandes. La bouteille tout en transparence parachève la classe folle de cette cuvée. Le Private Cartizze 2012 de chez Bisol est disponible chez Rob-The Cellar au prix de 44,90 euros. Voici assurément l'un des effervescents les moins connus au monde. Et pour cause, le Franciacorta atteint péniblement le pour cent de production mondiale. Et pourtant, s'il en est un capable de rivaliser sur la longueur et la diversité avec le champagne, c'est sans doute celui-là. Nous sommes dans le nord de l'Italie dans la région de Brescia au pied des Alpes entre les lacs d'Iseo et de Garde. On y retrouve les cépages champenois (le pinot noir et le chardonnay) mais aussi du pinot blanc. La méthode de vinification est tout aussi champenoise. Ferghettina Milledi Brut millésime 2013 provient de l'une des trois meilleures maisons de l'appellation avec Ca del Bosco et Bellavista. Fondée en 1991 par Roberto Gatti, Ferghettina décroche chaque année des cotes dithyrambiques dans le célèbre guide italien Vini d'Italia del Gambero Rosso. Aujourd'hui à la tête d'un domaine de 145 hectares qu'il dirige avec ses enfants, Laura et Matteo, tous deux oenologues, Roberto Gatti a appelé sa cuvée Milledi pour rappeler les 1.000 jours de maturation sur lies. Dans sa bouteille élégante en forme de pyramide (une autre invention de Gatti pour favoriser la libération des arômes lors de la maturation), ce Franciacorta a épaté, lors de notre dégustation, par la finesse de sa bulle, sa bouche gourmande, sa fraîcheur, sa minéralité, ses jolies notes de citron et une finale bien persistante. C'est un effervescent hautement sympathique dont le côté consensuel ravira de nombreux palais. Le Ferghettina Milledi Brut millésime 2013 est en vente auprès de Benoît De Coster chez Vinum Authentis (19, rue de la Bienvenue, 1070 Anderlecht. Tél. 02 745 45 45) au prix de 38 euros.Par Xavier Beghin.