GSK a fait part mercredi de son intention de supprimer 720 emplois et de ne pas renouveler 215 contrats temporaires sur ses sites wallons. Le géant pharmaceutique a aussi annoncé 500 millions d'euros d'investissement en Belgique.

Dans un communiqué, la Fédération belge des industries chimiques et des sciences de la vie s'engage à soutenir GSK Vaccines et les autorités "pour trouver des solutions de réinsertion des travailleurs qui seront concernés". Essenscia Wallonie, la division régionale de la fédération patronale, organisera notamment des jobdays sectoriels en mars pour répondre à la demande du secteur "qui a près de 3.000 offres d'emploi à pourvoir dans l'ensemble du pays". La fédération annonce qu'elle se tournera également vers le fonds de formation sectoriel et les centres de compétences régionaux du secteur pour obtenir leur soutien.

Essenscia rappelle les milliards d'euros d'investissements, en recherche et développement et en infrastructures, consentis ces dernières années par GSK en Wallonie et l'annonce par le groupe d'un prochain investissement de 500 millions d'euros en Belgique au cours des trois prochaines années.

"GSK Vaccines et d'autres entreprises biotech-biopharma ont structuré un écosystème d'innovation et de production fort, faisant de la Wallonie et de la Belgique une 'biopharma valley' internationalement reconnue, qui enregistre une croissance au niveau des investissements, des activités et du nombre d'emplois. L'annonce de l'entreprise ne doit pas être alarmante pour le secteur", insiste Essenscia.

La fédération croit "en un avenir positif pour l'industrie biopharmaceutique dans notre pays où la capacité d'innovation, de production et logistique sont des piliers fondamentaux".

GSK a fait part mercredi de son intention de supprimer 720 emplois et de ne pas renouveler 215 contrats temporaires sur ses sites wallons. Le géant pharmaceutique a aussi annoncé 500 millions d'euros d'investissement en Belgique. Dans un communiqué, la Fédération belge des industries chimiques et des sciences de la vie s'engage à soutenir GSK Vaccines et les autorités "pour trouver des solutions de réinsertion des travailleurs qui seront concernés". Essenscia Wallonie, la division régionale de la fédération patronale, organisera notamment des jobdays sectoriels en mars pour répondre à la demande du secteur "qui a près de 3.000 offres d'emploi à pourvoir dans l'ensemble du pays". La fédération annonce qu'elle se tournera également vers le fonds de formation sectoriel et les centres de compétences régionaux du secteur pour obtenir leur soutien. Essenscia rappelle les milliards d'euros d'investissements, en recherche et développement et en infrastructures, consentis ces dernières années par GSK en Wallonie et l'annonce par le groupe d'un prochain investissement de 500 millions d'euros en Belgique au cours des trois prochaines années. "GSK Vaccines et d'autres entreprises biotech-biopharma ont structuré un écosystème d'innovation et de production fort, faisant de la Wallonie et de la Belgique une 'biopharma valley' internationalement reconnue, qui enregistre une croissance au niveau des investissements, des activités et du nombre d'emplois. L'annonce de l'entreprise ne doit pas être alarmante pour le secteur", insiste Essenscia. La fédération croit "en un avenir positif pour l'industrie biopharmaceutique dans notre pays où la capacité d'innovation, de production et logistique sont des piliers fondamentaux".