Vendredi, un petit groupe d'actionnaires de Nyrstar a assigné en justice l'entreprise et ses administrateurs. Ils exigent un dédommagement de près d'un milliard d'euros, a indiqué la société par communiqué.

"La FSMA a pris connaissance notamment de la citation en nomination d'un collège d'experts introduite devant le président du tribunal de l'entreprise d'Anvers par certains actionnaires minoritaires de NYRSTAR SA sur la base de l'article 7:160 du Code des Sociétés et Associations", précise l'autorité.

Nyrstar, entreprise spécialisée dans le zinc au bord de la faillite, a été "secourue" par son actionnaire principal, Trafigura, via la création d'une nouvelle entité britannique, NewCo, dans laquelle ont été placés les actifs de Nyrstar. Trafigura s'est adjugé 98% du capital de NewCo, contre 2% seulement aux petits actionnaires belges de Nyrstar, qui s'estiment lésés par une opération qu'ils jugent illégale. Depuis, la bataille juridique fait rage.

Mardi, peu après 13h00, la FSMA a par ailleurs précisé que la cotation de la société sur la Bourse de Bruxelles avait été suspendue.

Un éventuel report sera abordé mardi lors de l'assemblée des actionnaires de Nyrstar.

Vendredi, un petit groupe d'actionnaires de Nyrstar a assigné en justice l'entreprise et ses administrateurs. Ils exigent un dédommagement de près d'un milliard d'euros, a indiqué la société par communiqué. "La FSMA a pris connaissance notamment de la citation en nomination d'un collège d'experts introduite devant le président du tribunal de l'entreprise d'Anvers par certains actionnaires minoritaires de NYRSTAR SA sur la base de l'article 7:160 du Code des Sociétés et Associations", précise l'autorité. Nyrstar, entreprise spécialisée dans le zinc au bord de la faillite, a été "secourue" par son actionnaire principal, Trafigura, via la création d'une nouvelle entité britannique, NewCo, dans laquelle ont été placés les actifs de Nyrstar. Trafigura s'est adjugé 98% du capital de NewCo, contre 2% seulement aux petits actionnaires belges de Nyrstar, qui s'estiment lésés par une opération qu'ils jugent illégale. Depuis, la bataille juridique fait rage. Mardi, peu après 13h00, la FSMA a par ailleurs précisé que la cotation de la société sur la Bourse de Bruxelles avait été suspendue. Un éventuel report sera abordé mardi lors de l'assemblée des actionnaires de Nyrstar.