Le projet se veut ambitieux, puisque ICOMflex vise une réduction annuelle de 15.000 heures perdues dans les files jusque 2020. Quelque 250 organisations sont ainsi invitées à promouvoir le travail à domicile ou dans des bureaux flexibles.

Des perspectives restent ouvertes dans le développement du télétravail. Actuellement, 16% des Belges ne sont par moments pas actifs depuis leur lieu de travail fixe, mais 50% de la population active est favorable au travail à domicile selon une enquête.

La ministre Lieten se montre enthousiaste par rapport à cette initiative. "Avec ce projet, nous voulons promouvoir chez les entreprises une nouvelle manière de travailler et de s'organiser et ainsi générer le plus gros impact possible sur la mobilité", a-t-elle commenté.