Les créations d'entreprises ont le vent en poupe en Belgique. Elles sont en effet en constante augmentation depuis l'instauration du nouveau Code des sociétés et associations (CSA) qui est entré en vigueur le 1e mai 2019. Ce code prévoit de nouvelles règles applicables aux entrepreneurs et aux indépendants qui exercent leurs activités par le biais d'une société. Avec un objectif : promouvoir l'esprit d'entreprendre, rappelle la Fédération du Notariat (Fednot) dans son dernier baromètre.

Et le but est atteint au regard des derniers chiffres publiés. Le nombre de créations d'entreprises ne cesse en effet d'augmenter en Belgique: 32.707 créations au cours de la première année (du 1e mai 2019 au 30 avril 2020), 37.784 en pleine pandémie (du 1e mai 2020 au 30 avril 2021). Sur la dernière période allant du 1er mai 2021 au 30 avril 2022, 39.737 nouvelles sociétés ont été créées (+4,9% par rapport à la période précédente) dans notre pays.

La Wallonie et la Flandre ont particulièrement bien contribué à la progression des créations d'entreprises, avec respectivement des augmentations de 7,3% (au total, 9.005) et de 5,5% (au total, 25.219). En revanche, il y a eu une légère baisse en région bruxelloise : -1,3% (au total, 5.512). En Wallonie, la province de Liège a connu le plus de créations d'entreprises et la plus forte progression (+10,6%).

Plus de flexibilité pour les sociétés débutantes

Trois ans après l'instauration du nouveau droit des sociétés,une évolution est donc bien visible dans la création de sociétés ressort-il du baromètre Fednot. Jan Sap, CEO de Fednot : "Les nouvelles règles séduisent les entrepreneurs qui commencent leurs activités, car elles leur offrent plus de flexibilité. On dénombrait en effet 2.111 créations d'entreprises par mois l'année précédant l'entrée en vigueur du nouveau code, contre 3.311 actuellement, soit une croissance de 57%. Le record mensuel a été atteint en décembre 2021, avec 4. 844 créations de sociétés."

Getty Images/iStockphoto
© Getty Images/iStockphoto

La quasi-totalité des nouvelles sociétés créées au cours de cette période (96,6%) étaient des sociétés à responsabilité limitée (SRL), rapporte aussi le baromètre des notaires. Seuls 2,1% des entrepreneurs ont opté pour une société anonyme (SA). Jan Sap: "Plus que jamais, la SRL est la forme de société par excellence et c'était d'ailleurs l'intention du législateur. Seules quelques grandes sociétés et celles cotées en Bourse optent pour une société anonyme".

45 ans de moyenne d'âge

Au cours des 12 derniers mois, l'âge moyen d'un créateur d'entreprise était de 45 ans, soit une augmentation de 5 ans par rapport à la période précédente. L'an dernier, environ 60% des créateurs avaient entre 40 et 65 ans et 37,8% avaient moins de 40 ans. Les 25-40 ans sont représentés à 34%. Une minorité a moins de 25 ans (3,8%). Au-delà de 65 ans, on trouve à peine 2% de fondateurs.

Le baromètre renseigne aussi l'âge moyen du fondateur d'une SRL qui est de 38 ans avec 1,3 administrateur en moyenne. L'âge moyen des fondateurs de sociétés anonymes est de 40 ans. Ces sociétés comptent en moyenne 2,6 administrateurs.

De l'intérêt d'adapter ses statuts

Il ressort aussi du baromètre que seule 1 entreprise sur 10 a adapté ses statuts par voie électronique à ce jour. Jan Sap: "Les entreprises ont tout intérêt à adapter leurs statuts. La nouvelle législation prévoit de nombreuses possibilités qui n'ont d'effets qu'une fois que les statuts ont été modifiés. Le gérant d'une entreprise familiale peut ainsi mieux régler la succession de son entreprise. Il peut aussi donner des actions à ses enfants tout en conservant le contrôle. De plus, les sociétés à responsabilité limitée peuvent faciliter l'entrée et la sortie des actionnaires".

L'adaptation des statuts peut être réalisée par l'intermédiaire d'un notaire qui dépose ensuite l'acte par voie numérique (via eDepot). La date limite pour effectuer la modification est le 31 décembre 2023. Les sociétés qui ne modifient pas leurs statuts avant cette date devront suivre une procédure plus lourde pour modifier leurs statuts, rappelle Fednot.

Les créations d'entreprises ont le vent en poupe en Belgique. Elles sont en effet en constante augmentation depuis l'instauration du nouveau Code des sociétés et associations (CSA) qui est entré en vigueur le 1e mai 2019. Ce code prévoit de nouvelles règles applicables aux entrepreneurs et aux indépendants qui exercent leurs activités par le biais d'une société. Avec un objectif : promouvoir l'esprit d'entreprendre, rappelle la Fédération du Notariat (Fednot) dans son dernier baromètre. Et le but est atteint au regard des derniers chiffres publiés. Le nombre de créations d'entreprises ne cesse en effet d'augmenter en Belgique: 32.707 créations au cours de la première année (du 1e mai 2019 au 30 avril 2020), 37.784 en pleine pandémie (du 1e mai 2020 au 30 avril 2021). Sur la dernière période allant du 1er mai 2021 au 30 avril 2022, 39.737 nouvelles sociétés ont été créées (+4,9% par rapport à la période précédente) dans notre pays. La Wallonie et la Flandre ont particulièrement bien contribué à la progression des créations d'entreprises, avec respectivement des augmentations de 7,3% (au total, 9.005) et de 5,5% (au total, 25.219). En revanche, il y a eu une légère baisse en région bruxelloise : -1,3% (au total, 5.512). En Wallonie, la province de Liège a connu le plus de créations d'entreprises et la plus forte progression (+10,6%). Trois ans après l'instauration du nouveau droit des sociétés,une évolution est donc bien visible dans la création de sociétés ressort-il du baromètre Fednot. Jan Sap, CEO de Fednot : "Les nouvelles règles séduisent les entrepreneurs qui commencent leurs activités, car elles leur offrent plus de flexibilité. On dénombrait en effet 2.111 créations d'entreprises par mois l'année précédant l'entrée en vigueur du nouveau code, contre 3.311 actuellement, soit une croissance de 57%. Le record mensuel a été atteint en décembre 2021, avec 4. 844 créations de sociétés."La quasi-totalité des nouvelles sociétés créées au cours de cette période (96,6%) étaient des sociétés à responsabilité limitée (SRL), rapporte aussi le baromètre des notaires. Seuls 2,1% des entrepreneurs ont opté pour une société anonyme (SA). Jan Sap: "Plus que jamais, la SRL est la forme de société par excellence et c'était d'ailleurs l'intention du législateur. Seules quelques grandes sociétés et celles cotées en Bourse optent pour une société anonyme". Au cours des 12 derniers mois, l'âge moyen d'un créateur d'entreprise était de 45 ans, soit une augmentation de 5 ans par rapport à la période précédente. L'an dernier, environ 60% des créateurs avaient entre 40 et 65 ans et 37,8% avaient moins de 40 ans. Les 25-40 ans sont représentés à 34%. Une minorité a moins de 25 ans (3,8%). Au-delà de 65 ans, on trouve à peine 2% de fondateurs. Le baromètre renseigne aussi l'âge moyen du fondateur d'une SRL qui est de 38 ans avec 1,3 administrateur en moyenne. L'âge moyen des fondateurs de sociétés anonymes est de 40 ans. Ces sociétés comptent en moyenne 2,6 administrateurs. Il ressort aussi du baromètre que seule 1 entreprise sur 10 a adapté ses statuts par voie électronique à ce jour. Jan Sap: "Les entreprises ont tout intérêt à adapter leurs statuts. La nouvelle législation prévoit de nombreuses possibilités qui n'ont d'effets qu'une fois que les statuts ont été modifiés. Le gérant d'une entreprise familiale peut ainsi mieux régler la succession de son entreprise. Il peut aussi donner des actions à ses enfants tout en conservant le contrôle. De plus, les sociétés à responsabilité limitée peuvent faciliter l'entrée et la sortie des actionnaires".L'adaptation des statuts peut être réalisée par l'intermédiaire d'un notaire qui dépose ensuite l'acte par voie numérique (via eDepot). La date limite pour effectuer la modification est le 31 décembre 2023. Les sociétés qui ne modifient pas leurs statuts avant cette date devront suivre une procédure plus lourde pour modifier leurs statuts, rappelle Fednot.