Neworch, dirigée par Pierre Mestre, qui n'est autre que le fondateur d'Orchestra Prémaman, avait présenté la semaine dernière, devant le tribunal de l'entreprise de Bruxelles, son plan de relance de l'enseigne. Une offre qui avait reçue le soutien du front commun syndical et qui a été validée depuis lors.

Les magasins repris sont ceux de Charleroi-Couillet, Gosselies, Wavre, Rocourt, Boncelles, Zaventem, Drogenbos, Anderlecht, Marche-en-Famenne et Libramont. Deux magasins seront également maintenus au Luxembourg.

Ce jeudi, le curateur a déclaré la faillite de l'entreprise sous laquelle étaient hébergés les 53 magasins en Belgique qui existaient jusqu'il y a quelques semaines, mettant fin à une saga commencée il y a près d'un an. La filiale belge d'Orchestra Prémaman, qui employait alors 420 personnes environ, a été entraînée dans la chute de sa maison-mère française et avait demandé, début octobre, son placement en procédure en réorganisation judiciaire (PRJ) afin de se protéger de ses créanciers.

"Les travailleurs qui ne seront pas conservés dans la nouvelle structure sont désormais fixés et peuvent tourner la page", pointe positivement Fabienne Meulemans, secrétaire permanente Setca. Ils étaient en effet encore liés à leur employeur et ne pouvaient pas entamer de démarches. Selon la syndicaliste, le curateur est actuellement occupé à leur envoyer leur C4 afin qu'ils puissent, entre autres, aller s'inscrire sur le marché de l'emploi.

Neworch, dirigée par Pierre Mestre, qui n'est autre que le fondateur d'Orchestra Prémaman, avait présenté la semaine dernière, devant le tribunal de l'entreprise de Bruxelles, son plan de relance de l'enseigne. Une offre qui avait reçue le soutien du front commun syndical et qui a été validée depuis lors. Les magasins repris sont ceux de Charleroi-Couillet, Gosselies, Wavre, Rocourt, Boncelles, Zaventem, Drogenbos, Anderlecht, Marche-en-Famenne et Libramont. Deux magasins seront également maintenus au Luxembourg. Ce jeudi, le curateur a déclaré la faillite de l'entreprise sous laquelle étaient hébergés les 53 magasins en Belgique qui existaient jusqu'il y a quelques semaines, mettant fin à une saga commencée il y a près d'un an. La filiale belge d'Orchestra Prémaman, qui employait alors 420 personnes environ, a été entraînée dans la chute de sa maison-mère française et avait demandé, début octobre, son placement en procédure en réorganisation judiciaire (PRJ) afin de se protéger de ses créanciers. "Les travailleurs qui ne seront pas conservés dans la nouvelle structure sont désormais fixés et peuvent tourner la page", pointe positivement Fabienne Meulemans, secrétaire permanente Setca. Ils étaient en effet encore liés à leur employeur et ne pouvaient pas entamer de démarches. Selon la syndicaliste, le curateur est actuellement occupé à leur envoyer leur C4 afin qu'ils puissent, entre autres, aller s'inscrire sur le marché de l'emploi.