La courbe synthétique globale a ainsi diminué de 1,3 point en juin par rapport à mai, pour s'établir à -4,9. C'est son point le plus bas depuis février 2016 (-6,6 points). A -4,9, la courbe de conjoncture reste toutefois au-dessus de sa moyenne sur la période 1980-2019 (-7,1 points).

La confiance est en recul dans l'industrie manufacturière, en raison d'une estimation moins optimiste du carnet de commandes total et, dans une moindre mesure, à des perspectives plus négatives en termes d'emploi, selon la BNB. Dans les services aux entreprises, c'est une évaluation plus pessimiste du niveau d'activité actuel, conjuguée à une dégradation des perspectives relatives à la demande générale du marché, qui expliquent le ralentissement conjoncturel. Dans la construction, on constate un déclin du carnet de commandes.

En revanche, la confiance dans le secteur du commerce s'est fortement raffermie, notamment grâce à des anticipations des commandes auprès des fournisseurs, qui se sont avérées nettement plus positives.

La courbe synthétique globale lissée, qui témoigne de la tendance conjoncturelle sous-jacente, reste quant à elle orientée à la baisse pour le sixième mois d'affilée.

La courbe synthétique globale a ainsi diminué de 1,3 point en juin par rapport à mai, pour s'établir à -4,9. C'est son point le plus bas depuis février 2016 (-6,6 points). A -4,9, la courbe de conjoncture reste toutefois au-dessus de sa moyenne sur la période 1980-2019 (-7,1 points). La confiance est en recul dans l'industrie manufacturière, en raison d'une estimation moins optimiste du carnet de commandes total et, dans une moindre mesure, à des perspectives plus négatives en termes d'emploi, selon la BNB. Dans les services aux entreprises, c'est une évaluation plus pessimiste du niveau d'activité actuel, conjuguée à une dégradation des perspectives relatives à la demande générale du marché, qui expliquent le ralentissement conjoncturel. Dans la construction, on constate un déclin du carnet de commandes. En revanche, la confiance dans le secteur du commerce s'est fortement raffermie, notamment grâce à des anticipations des commandes auprès des fournisseurs, qui se sont avérées nettement plus positives. La courbe synthétique globale lissée, qui témoigne de la tendance conjoncturelle sous-jacente, reste quant à elle orientée à la baisse pour le sixième mois d'affilée.