Le climat des affaires s'est raffermi dans les services aux entreprises et dans la construction. La confiance des chefs d'entreprise s'est par contre tassée dans le commerce et, de manière limitée, dans l'industrie manufacturière. La perte de confiance dans le commerce est le fait d'une vive dégradation des perspectives en matière d'emploi et des prévisions de commandes auprès des fournisseurs.

Le taux d'utilisation des capacités de production dans l'industrie manufacturière a légèrement progressé.