Il s'agit de limonades non pétillantes, proposées avec des duos de parfums : pomme et dalandan, gingembre et citron vert ou mûre et framboise, le tout combiné avec l'eau minérale de Spa. Le rachat d'une société bulgare, Devin AD, a également contribué à la croissance des ventes. Hors Bulgarie, les ve...

Il s'agit de limonades non pétillantes, proposées avec des duos de parfums : pomme et dalandan, gingembre et citron vert ou mûre et framboise, le tout combiné avec l'eau minérale de Spa. Le rachat d'une société bulgare, Devin AD, a également contribué à la croissance des ventes. Hors Bulgarie, les ventes n'auraient progressé " que " de 5,1%. Voilà qui confère à Spadel une belle rentabilité, avec un bénéfice net de 38 millions d'euros, soit plus de 10% de marge nette. Ce qui donne à son tour un coup de pouce au dividende, qui passe à 2 euros brut (+ 11,1%). Spadel surfe ainsi habilement sur la vague des produits naturels. Il décline ses eaux en proposant des produits aromatisés et rénove son activité limonades avec Spa Duo. Le marché des eaux embouteillées étant en croissance dans quasi tous les pays où Spadel est actif, il aurait été difficile de ne pas afficher de chiffre d'affaires en hausse. La progression est particulièrement importante en France (+10,3%), où Spadel possède deux eaux alsaciennes, Carola et Wattwiller, correcte en Belgique (+6,6%), moyenne aux Pays-Bas (+3,3%). Seule la Grande-Bretagne recule (-3,8%), suite à un conflit de tarif avec un distributeur qui a déférencé Spa. Ces belles performances toucheront un nombre restreint d'actionnaires puisque le flottant de cette entreprise cotée est modeste, sous les 10% du capital. Le CEO, Marc du Bois, contrôle lui-même plus de 55% du capital de ce groupe familial.