Le 12 septembre dernier, Galapagos a en effet annoncé des résultats positifs concernant sa nouvelle molécule, le filgotinib, qui a achevé avec succès un essai clinique de phase III qui a démontré son efficacité et sa sécurité dans le traitement de la polyarthrite rhumatoïde. La molécu...

Le 12 septembre dernier, Galapagos a en effet annoncé des résultats positifs concernant sa nouvelle molécule, le filgotinib, qui a achevé avec succès un essai clinique de phase III qui a démontré son efficacité et sa sécurité dans le traitement de la polyarthrite rhumatoïde. La molécule pourrait être un blockbuster potentiel : selon certains analystes, les recettes de ce traitement pourraient atteindre 2,5 milliards de dollars. Du coup, le cours de Galapgos a bondi de 18 %, pour dépasser les 105 euros en Europe et les 122 dollars sur le Nasdaq. Galapagos a dès lors immédiatement profité de l'occasion pour lever des capitaux bon marché. Elle a sollicité les investisseurs américains en émettant environ 2,5 millions de nouvelles actions sous forme d'ADS au prix unitaire de 116,50 dollars, ce qui lui a rapporté 300 millions de dollars. Cette nouvelle étape franchie par Galapagos a incité les analystes à revoir à la hausse l'objectif de cours que l'action pourrait atteindre dans les 12 mois : Degroof Petercam la voit désormais approcher 125 euros (contre 110 auparavant). Mais elle a aussi réveillé les rumeurs d'OPA. On dit depuis longtemps que le laboratoire américain Gilead, avec qui Galapagos a développé le filgotinib, pourrait faire une offre sur la société européenne.