John Elkann, président de Fiat et d'Exor, holding financier de la famille Agnelli et principal actionnaire du groupe automobile, a déclaré lundi qu'il était prêt à réduire sa part dans Fiat, dans un entretien au Financial Times.

Exor pourrait envisager une ultérieure dilution de ses 30 % dans Fiat face à un projet visant à créer une société "de plus grande dimension", selon les propos tenus par John Elkann au quotidien britannique.

Le holding des Agnelli dispose actuellement d'une capacité d'investissement d'environ 1 milliard d'euros, tandis que la valeur nette de ses actifs représente 9 milliards d'euros, selon le FT. "Il y a un grand nombre d'opportunités mais nous devons nous équiper pour être capable d'affronter au mieux les problèmes", a souligné le jeune président (34 ans) dans l'entretien.

Sur le dossier Fiat, en particulier à propos de l'hypothèse d'un transfert du siège du constructeur aux Etats-Unis, ainsi que sa possible cotation sur le marché américain, John Elkann estime qu'"aller à l'étranger ne signifie pas réduire ce qu'il y a en Italie. Fiat illustre bien comment une société italienne peut croître à l'étranger et accepter le défi des marchés mondiaux. L'orgueil pour ses propres racines ne devrait pas être un frein à sa croissance. Je pense que Fiat est un bon exemple de comment le business italien peut se globaliser. Exor soutiendra ce projet."

Trends.be, avec Belga

John Elkann, président de Fiat et d'Exor, holding financier de la famille Agnelli et principal actionnaire du groupe automobile, a déclaré lundi qu'il était prêt à réduire sa part dans Fiat, dans un entretien au Financial Times.Exor pourrait envisager une ultérieure dilution de ses 30 % dans Fiat face à un projet visant à créer une société "de plus grande dimension", selon les propos tenus par John Elkann au quotidien britannique.Le holding des Agnelli dispose actuellement d'une capacité d'investissement d'environ 1 milliard d'euros, tandis que la valeur nette de ses actifs représente 9 milliards d'euros, selon le FT. "Il y a un grand nombre d'opportunités mais nous devons nous équiper pour être capable d'affronter au mieux les problèmes", a souligné le jeune président (34 ans) dans l'entretien.Sur le dossier Fiat, en particulier à propos de l'hypothèse d'un transfert du siège du constructeur aux Etats-Unis, ainsi que sa possible cotation sur le marché américain, John Elkann estime qu'"aller à l'étranger ne signifie pas réduire ce qu'il y a en Italie. Fiat illustre bien comment une société italienne peut croître à l'étranger et accepter le défi des marchés mondiaux. L'orgueil pour ses propres racines ne devrait pas être un frein à sa croissance. Je pense que Fiat est un bon exemple de comment le business italien peut se globaliser. Exor soutiendra ce projet."Trends.be, avec Belga