Et si les tourments des restaurateurs et organisateurs d'événements étaient dissipés par une simple application mobile? Et si n'importe quel client ou spectateur en salle pouvait vérifier, sur son smartphone, la qualité de l'air ambiant et s'assurer, en temps réel, qu'il se trouve bien dans un espace "virus safe"? Cela faciliterait à coup sûr la reprise normale des activités festives et culturelles...

Pur fantasme? Pas vraiment. Depuis quelques mois, la start-up Clean Air Safe mène un projet pilote qui s'attaque précisément à la problématique de la ventilation des espaces intérieurs grâce à une technologie inédite. Cette société belge a en effet développé un algorithme unique qui, à l'aide de capteurs connectés, analyse différents paramètres dans une salle et pose un diagnostic sur l'état de ventilation des lieux.

Intégrateur de solutions

En totale harmonie avec l'intelligence artificielle, Clean Air Safe a déjà scanné une vingtaine d'établissements et compte, d'ici la fin de l'année, passer à la vitesse supérieure avec "l'examen de santé" de 500 autres salles en Belgique. L'objectif? Dresser un état des lieux des espaces fermés en termes de ventilation et, surtout, aider leurs propriétaires à prendre les dispositions nécessaires pour garantir la sécurité sanitaire de leurs visiteurs. "Nous nous présentons comme un intégrateur de solutions covid, explique Stéphane Van Autgaerden, CEO de Clean Air Safe. Nous avons déjà fait nos preuves dans plusieurs établissements, notamment à Durbuy avec des solutions sur mesure pour aider la ville à devenir "virus safe". Aujourd'hui, notre idée est de proposer un travail de conseil gratuit dans 500 autres endroits pour créer à terme une vaste communauté d'acteurs responsables."

Grâce à son application mobile directement connectée à une technologie innovante, la start-up ambitionne en effet de créer à terme un large réseau où, d'une part, les exploitants de salles et de restaurants pourraient en permanence contrôler la bonne ventilation de leurs infrastructures et où, d'autre part, les clients et les spectateurs pourraient vérifier, en temps réel, le respect effectif de ce label "virus safe".

Et si les tourments des restaurateurs et organisateurs d'événements étaient dissipés par une simple application mobile? Et si n'importe quel client ou spectateur en salle pouvait vérifier, sur son smartphone, la qualité de l'air ambiant et s'assurer, en temps réel, qu'il se trouve bien dans un espace "virus safe"? Cela faciliterait à coup sûr la reprise normale des activités festives et culturelles... Pur fantasme? Pas vraiment. Depuis quelques mois, la start-up Clean Air Safe mène un projet pilote qui s'attaque précisément à la problématique de la ventilation des espaces intérieurs grâce à une technologie inédite. Cette société belge a en effet développé un algorithme unique qui, à l'aide de capteurs connectés, analyse différents paramètres dans une salle et pose un diagnostic sur l'état de ventilation des lieux. En totale harmonie avec l'intelligence artificielle, Clean Air Safe a déjà scanné une vingtaine d'établissements et compte, d'ici la fin de l'année, passer à la vitesse supérieure avec "l'examen de santé" de 500 autres salles en Belgique. L'objectif? Dresser un état des lieux des espaces fermés en termes de ventilation et, surtout, aider leurs propriétaires à prendre les dispositions nécessaires pour garantir la sécurité sanitaire de leurs visiteurs. "Nous nous présentons comme un intégrateur de solutions covid, explique Stéphane Van Autgaerden, CEO de Clean Air Safe. Nous avons déjà fait nos preuves dans plusieurs établissements, notamment à Durbuy avec des solutions sur mesure pour aider la ville à devenir "virus safe". Aujourd'hui, notre idée est de proposer un travail de conseil gratuit dans 500 autres endroits pour créer à terme une vaste communauté d'acteurs responsables." Grâce à son application mobile directement connectée à une technologie innovante, la start-up ambitionne en effet de créer à terme un large réseau où, d'une part, les exploitants de salles et de restaurants pourraient en permanence contrôler la bonne ventilation de leurs infrastructures et où, d'autre part, les clients et les spectateurs pourraient vérifier, en temps réel, le respect effectif de ce label "virus safe".