Cette organisation mesure la confiance des PME chaque trimestre. Pour la troisième fois consécutive, il y a plus d'entrepreneurs négatifs que positifs. "Il n'y a absolument aucun signe de reprise de leur confiance maintenant qu'il n'y a presque plus de mesures corona d'application", déplore son administrateur délégué Danny Van Assche. "Le score très négatif de l'indicateur 'satisfaction à l'égard de l'économie'est particulièrement frappant. La hausse des prix des matières premières, de l'énergie et des transports, ainsi que l'indexation sans précédent des coûts salariaux, donnent des maux de tête aux entrepreneurs." Il apparaît également que les entrepreneurs sont préoccupés par la rentabilité. Ils ont en effet du mal à répercuter l'augmentation des coûts, voire n'y arrivent pas du tout, ce qui ronge leurs marges.

Les indicateurs barométriques qui mesurent les attentes futures sont au plus bas depuis le début de 2020. À cette époque, les PME devaient faire face aux conséquences de la crise du coronavirus et aux mesures sanitaires. "Les conséquences de la guerre en Ukraine créent de l'incertitude et la facture énergétique pèse lourd. L'indexation automatique provoque une spirale salaires-prix, car les coûts continuent d'augmenter", interprète Danny Van Assche. "Les syndicats profitent encore de leur journée d'action de lundi mais, en attendant, les entrepreneurs croulent encore sous le poids des coûts."

En raison de la forte pression sur la rentabilité, l'Unizo craint un nombre croissant de faillites dans les mois à venir. L'organisation patronale voit dès lors des solutions dans un ajustement de l'indexation automatique des salaires combiné à une réforme fiscale qui récompense ceux qui travaillent plus.

Cette organisation mesure la confiance des PME chaque trimestre. Pour la troisième fois consécutive, il y a plus d'entrepreneurs négatifs que positifs. "Il n'y a absolument aucun signe de reprise de leur confiance maintenant qu'il n'y a presque plus de mesures corona d'application", déplore son administrateur délégué Danny Van Assche. "Le score très négatif de l'indicateur 'satisfaction à l'égard de l'économie'est particulièrement frappant. La hausse des prix des matières premières, de l'énergie et des transports, ainsi que l'indexation sans précédent des coûts salariaux, donnent des maux de tête aux entrepreneurs." Il apparaît également que les entrepreneurs sont préoccupés par la rentabilité. Ils ont en effet du mal à répercuter l'augmentation des coûts, voire n'y arrivent pas du tout, ce qui ronge leurs marges. Les indicateurs barométriques qui mesurent les attentes futures sont au plus bas depuis le début de 2020. À cette époque, les PME devaient faire face aux conséquences de la crise du coronavirus et aux mesures sanitaires. "Les conséquences de la guerre en Ukraine créent de l'incertitude et la facture énergétique pèse lourd. L'indexation automatique provoque une spirale salaires-prix, car les coûts continuent d'augmenter", interprète Danny Van Assche. "Les syndicats profitent encore de leur journée d'action de lundi mais, en attendant, les entrepreneurs croulent encore sous le poids des coûts." En raison de la forte pression sur la rentabilité, l'Unizo craint un nombre croissant de faillites dans les mois à venir. L'organisation patronale voit dès lors des solutions dans un ajustement de l'indexation automatique des salaires combiné à une réforme fiscale qui récompense ceux qui travaillent plus.