Déjà fragilisée par plusieurs mois de conflits commerciaux entre les Etats-Unis et la Chine, l'industrie allemande "risque de vivre sa plus longue récession" depuis 1990, à cause du nouveau coronavirus, a déploré l'organisation des industriels allemand (BDI) dans son rapport trimestriel.

Pour le quatrième trimestre 2019, l'organisation fait état d'une baisse de 5,7% de la production industrielle sur un an, soit une "sixième baisse trimestrielle consécutive".

Le secteur est victime d'une "faible croissance mondiale", d'une "incertitude globale accrue" et de la "sous-utilisation de ses capacités de production", qui "freine les investissements" a déploré Joachim Lang, le président du BDI.

La dynamique ne devrait pas s'inverser avec la crise du coronavirus, qui affaiblit depuis le début de l'année le commerce international et met à l'arrêt l'économie chinoise, dont dépend l'industrie allemande pour ses débouchés et son approvisionnement.

Conséquence de ce fort ralentissement de l'industrie, pilier de la première économie de la zone euro, le BDI s'attend à une croissance "très faible d'à peine 0,5%" pour l'ensemble de l'économie du pays, contre 1,1% prévu par le gouvernement allemand fin janvier.

L'organisation appelle Berlin à "prendre un ensemble de mesures" budgétaires "à court terme" pour les industries touchées, et à mettre en oeuvre des "réformes à moyen terme" pour favoriser les investissements.

L'industrie exportatrice, moteur traditionnel de la première économie de la zone euro, est déjà perturbée depuis plus d'un an par le conflit commercial sino-américain et la menace d'un Brexit dur, qui ont fragilisé ses débouchés.

La sortie effective du Royaume-Uni de l'Union européenne, et la signature d'un accord entre les Etats-Unis et la Chine mi-janvier avaient un temps stimulé les espoirs d'embellie.

Déjà fragilisée par plusieurs mois de conflits commerciaux entre les Etats-Unis et la Chine, l'industrie allemande "risque de vivre sa plus longue récession" depuis 1990, à cause du nouveau coronavirus, a déploré l'organisation des industriels allemand (BDI) dans son rapport trimestriel. Pour le quatrième trimestre 2019, l'organisation fait état d'une baisse de 5,7% de la production industrielle sur un an, soit une "sixième baisse trimestrielle consécutive". Le secteur est victime d'une "faible croissance mondiale", d'une "incertitude globale accrue" et de la "sous-utilisation de ses capacités de production", qui "freine les investissements" a déploré Joachim Lang, le président du BDI. La dynamique ne devrait pas s'inverser avec la crise du coronavirus, qui affaiblit depuis le début de l'année le commerce international et met à l'arrêt l'économie chinoise, dont dépend l'industrie allemande pour ses débouchés et son approvisionnement. Conséquence de ce fort ralentissement de l'industrie, pilier de la première économie de la zone euro, le BDI s'attend à une croissance "très faible d'à peine 0,5%" pour l'ensemble de l'économie du pays, contre 1,1% prévu par le gouvernement allemand fin janvier. L'organisation appelle Berlin à "prendre un ensemble de mesures" budgétaires "à court terme" pour les industries touchées, et à mettre en oeuvre des "réformes à moyen terme" pour favoriser les investissements. L'industrie exportatrice, moteur traditionnel de la première économie de la zone euro, est déjà perturbée depuis plus d'un an par le conflit commercial sino-américain et la menace d'un Brexit dur, qui ont fragilisé ses débouchés. La sortie effective du Royaume-Uni de l'Union européenne, et la signature d'un accord entre les Etats-Unis et la Chine mi-janvier avaient un temps stimulé les espoirs d'embellie.