"Pour relever le défi de la transition vers une société neutre en carbone à l'horizon 2050, nous devons regarder au-delà de notre propre production d'énergie renouvelable produite sur le territoire belge ou offshore" et l'importation d'énergie renouvelable joue donc un rôle essentiel, affirme la coalition.

Cette coalition s'est formée il y a plus d'un an pour analyser l'ensemble des possibilités d'importation d'hydrogène vert en Belgique et elle a désormais clôturé une étude industrielle à grande échelle, permettant de cartographier les aspects financiers, techniques et réglementaires à l'ensemble de la chaîne d'importation de cet hydrogène.

Cette étude conclut que "l'importation de cette forme d'énergie renouvelable est une solution nécessaire et réalisable pour faire face à la pénurie croissante en Europe occidentale". "Les vecteurs d'énergie verte les plus prometteurs sont l'ammoniac, le méthanol et le méthane synthétique. Ils peuvent être déployés via des modes de transport existants - tels que les pipelines et surtout le transport maritime - et des marchés en expansion, ce qui favorise un démarrage rapide", peut-on lire.

"La Belgique dispose de ports maritimes et d'une vaste infrastructure de pipelines, est reliée aux grands pôles industriels et a le potentiel pour répondre à ses propres besoins énergétiques et à ceux des pays voisins", conclut-t-elle encore.

La coalition va désormais analyser comment préparer nos ports à recevoir les transporteurs d'hydrogène, "en recherchant une synergie maximale". Des projets pilotes spécifiques seront initiés.

"L'hydrogène jouera un rôle décisif dans la transition énergétique et dans la pérennisation de notre industrie", estime le Premier ministre Alexander De Croo. "Cette étude fournit des nouvelles informations essentielles pour la poursuite du déploiement d'une économie de l'hydrogène et la réduction des émissions de CO2. La prochaine étape consiste à développer une stratégie à long terme pour l'importation d'hydrogène", commente-t-il.

"Pour relever le défi de la transition vers une société neutre en carbone à l'horizon 2050, nous devons regarder au-delà de notre propre production d'énergie renouvelable produite sur le territoire belge ou offshore" et l'importation d'énergie renouvelable joue donc un rôle essentiel, affirme la coalition. Cette coalition s'est formée il y a plus d'un an pour analyser l'ensemble des possibilités d'importation d'hydrogène vert en Belgique et elle a désormais clôturé une étude industrielle à grande échelle, permettant de cartographier les aspects financiers, techniques et réglementaires à l'ensemble de la chaîne d'importation de cet hydrogène. Cette étude conclut que "l'importation de cette forme d'énergie renouvelable est une solution nécessaire et réalisable pour faire face à la pénurie croissante en Europe occidentale". "Les vecteurs d'énergie verte les plus prometteurs sont l'ammoniac, le méthanol et le méthane synthétique. Ils peuvent être déployés via des modes de transport existants - tels que les pipelines et surtout le transport maritime - et des marchés en expansion, ce qui favorise un démarrage rapide", peut-on lire. "La Belgique dispose de ports maritimes et d'une vaste infrastructure de pipelines, est reliée aux grands pôles industriels et a le potentiel pour répondre à ses propres besoins énergétiques et à ceux des pays voisins", conclut-t-elle encore. La coalition va désormais analyser comment préparer nos ports à recevoir les transporteurs d'hydrogène, "en recherchant une synergie maximale". Des projets pilotes spécifiques seront initiés. "L'hydrogène jouera un rôle décisif dans la transition énergétique et dans la pérennisation de notre industrie", estime le Premier ministre Alexander De Croo. "Cette étude fournit des nouvelles informations essentielles pour la poursuite du déploiement d'une économie de l'hydrogène et la réduction des émissions de CO2. La prochaine étape consiste à développer une stratégie à long terme pour l'importation d'hydrogène", commente-t-il.